Katherine Levac est à la hauteur de sa réputation

,

La jeune humoriste, qui nous a fait attendre un brin avant de nous présenter son premier spectacle solo, ne déçoit pas.

Le grand public québécois a découvert l’humoriste Katherine Levac, qui a été diplômée de l’École de l’humour en 2013, grâce à SNL Québec et tout particulièrement à cause de son célèbre personnage de Paige Beaulieu, une excentrique franco-ontarienne qui apparaissait sporadiquement dans l’émission. Ceux qui suivent plus assidument les actualités du monde de l’humour l’ont peut-être découverte plus tôt, en 2014, alors qu’elle a remporté la sixième saison d’En route vers mon premier gala ou, un an plus tard, dans le docuréalité Les 5 prochains diffusé à ARTV.

Peu importe où vous l’avez rencontrée pour la première fois, le risque est grand que vous soyez tombés en amour avec cette jeune humoriste culottée au delivery impeccable. Alors que plusieurs de ses confrères de la même génération ont déjà présenté leur premier spectacle solo (dont Phil Roy et Mariana Mazza, pour ne nommer que ceux-là), Katherine Levac disait attendre d’être suffisamment connue avant de se lancer dans cette grande aventure. Comme c’est maintenant chose faite, Levac nous présente aujourd’hui un one-woman-show abouti et drôlement efficace.

Dans ce spectacle intitulé Velours, l’humoriste nous parle de son amour de l’école et de son obsession pour la rigueur et la performance. Elle s’exprime également sur ses rencontres amoureuses infructueuses, ses ambitions personnelles, son manque de persévérance et ses ancrages dans la religion catholique. Elle nous entretient aussi un moment sur ses origines dans un Ontario francophone rural où la langue française ne tient qu’à un fil. Les fervents de SNL Québec seront ravis d’apprendre que l’humoriste est parvenue à ramener l’incomparable Paige Beaulieu dans son spectacle sans que cette soudaine apparition d’un personnage paraisse plaquée au sein d’un spectacle de stand-up.

Le moment culminant de Velours est certainement cette chanson de deux ou trois minutes dans laquelle Katherine Levac s’adresse aux femmes de 64 ans, précisément. La pièce est si bien écrite qu’elle pourrait aisément devenir un ver d’oreille si on avait la chance de l’entendre ailleurs que sur scène.

« J’aimerais Facebook et je m’en servirais mal.
[…]
Tu manques de calcium, mais tu as un solarium.
[…]
C’est juste plate de pas avoir connu l’époque où France Castel prenait de la coke. »

Bien qu’on retrouve plusieurs références actuelles dans son one-woman-show (exemple : la fin de la série Mémoires vives et la mort du personnage joué par Pier-Luc Funk), l’humoriste semble adapter ses gags au gré de la nouvelle. Elle s’exprime notamment sur le changement de look de la carte d’assurance maladie, une portion qui n’existait certainement pas en rodage. Elle glisse un mot sur sa perte de poids, comme, à son grand désarroi, ce détail de sa vie privée a fait les manchettes le printemps dernier, et se prononce sur ses nombreuses participations à des jeux télévisés.

Sa façon de s’exprimer, de bouger, son rythme tranchant, son audace et son assurance font de Katherine Levac l’une des meilleures jeunes humoristes sur le marché actuellement. Bien qu’elle fasse partie de la génération Y, son spectacle ne s’adresse pas uniquement aux jeunes. Chacun peut y trouver son compte! Levac nous offre un moment chaleureux, doux comme du velours, qu’on vous recommande chaudement.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net