Sylvain Archambault demande qu’on lui accorde une seconde chance

,

Le réalisateur nie avoir posé des gestes « désobligeants à caractère sexuel ».

Mercredi dernier, le quotidien La Presse a publié un reportage-choc dans lequel il exposait les gestes déplacés du réalisateur Sylvain Archambault sur les plateaux de tournage.

Dimanche, le cinéaste a fait paraître un communiqué dans lequel il s’excusait à ceux et celles qui ont pu se sentir humiliés par ses « propos ou blessés par des gestes déplacés ».

Avouant avoir posé certaines actions « qui appartiennent à une autre époque », Sylvain Archambault nie en partie les allégations : « Aucun [geste] cependant ne peut justifier de me qualifier d’agresseur ou de harceleur sexuel. »

« Je reconnais que nous sommes dans une ère nouvelle et que j’aurais dû changer mes façons de faire en conséquence. Toutefois, ces comportements étaient sans malice, ni mauvaises intentions », poursuit-il.

« Mon métier en est un d’émotions. Que ce soit lors d’un casting ou lors d’un tournage, il a toujours été pour moi primordial d’obtenir le meilleur de tous ceux et celles qui m’entouraient. Oui, j’ai provoqué ! Oui, j’ai forcé des émotions ! Oui, j’ai poussé des comédiens et comédiennes à puiser au plus profond d’eux-mêmes », peut-on lire dans le document.

Le réalisateur exprime le désir de pouvoir terminer ses projets en cours, dont le tournage de Mensonges 4, avant de se retirer pour faire le point et revoir « ses façons de faire ».

« J’ai l’intention de continuer longtemps à exercer humblement ce magnifique métier, mais je le ferai différemment.

Je vous remercie à l’avance de la seconde chance que vous me donnerez », termine-t-il.

Rappelons que Sophie Prégent a été emportée dans cette controverse bien malgré elle.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.