Sophie Prégent s’excuse à Marc-André Grondin dans une longue lettre

,

La directrice de l’UDA s’est expliquée sur le site de l’organisation.

Suite aux allégations d’inconduites sexuelles du réalisateur Sylvain Archambault, la directrice de l’UDA, Sophie Prégent, a pris la parole à la radio mardi matin pour commenter les évènements. Quelques heures plus tard, Marc-André Gondin, qui n’a pas apprécié le discours de la comédienne, a envoyé une lettre à celle-ci. Voyez le contenu de cette missive ici.

Prégent a répondu à l’acteur en fin de journée dans une longue lettre, publiée sur le site de l’UDA.

« J’ai bien lu le message que vous m’avez adressé ce matin, et je souhaite prendre le temps d’y répondre. Comme vous vous en doutez, vos propos ont suscité chez moi différentes émotions », dit-elle d’emblée.

« D’un côté, si j’ai dit quelque chose ce matin qui a pu être interprété par vous ou d’autres comme un manque de compassion à l’égard des personnes affectées par le comportement de M. Archambault, je m’en excuse sincèrement », ajoute-t-elle.

L’actrice mentionne qu’elle aurait pu ne pas parler de son expérience personnelle de comédienne dans l’entrevue, chose que Grondin lui reproche, mais qu’elle l’a fait par « souci de transparence ».

Elle mentionne que depuis le « Tsunami post-Weinstein », l’UDA a mis en place plusieurs initiatives afin de protéger les victimes.

« Chaque révélation est bouleversante. Chaque dénonciation mérite qu’on s’y attarde. Chaque fois, cela nous confirme que nous devons faire tout ce qui est possible pour défendre le droit des artistes et des artisans du milieu culturel de travailler dans un environnement respectueux et exempt de situations d’abus ou de harcèlement. Il n’y a plus de place pour ce genre de comportement.

Ce que je retiens de votre commentaire comme de tous les messages d’appuis que je reçois depuis des semaines, c’est que nous sommes tous d’accord là-dessus. Et je vous assure que je reste tout aussi déterminée à ce que les choses changent, et à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour y arriver.

Encore une fois, Monsieur Grondin, si j’ai dit quelque chose ce matin qui a pu être interprété par vous ou d’autres comme un manque de compassion, je m’en excuse sincèrement », conclut-elle.

Vous pouvez lire la lettre complète ici.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.