Anthony Kavanagh se met à nu dans son nouveau spectacle SHOWMAN

,

Nous avons eu la chance de rencontrer le sympathique humoriste lors de sa tournée de promotion à Québec.

Drôle, généreux et chaleureux, Anthony Kavanagh nous a récemment parlé de son nouveau spectacle, Showman, avec lequel il fera la tournée du Québec très bientôt.

Le concept de Showman en est un très intéressant. « Ça commence avec moi qui suis mort et qui est dans une salle d’attente avec des âmes qui sont sur le point de s’incarner pour la première fois. […] Je leur donne alors des trucs pour leur prochain passage sur Terre. » Tout ce que l’humoriste raconte sur scène est inspiré de vraies anecdotes.

« Dans ce show-là, je fais comme un espèce de striptease émotionnel. Je retire graduellement des couches, le masque de l’humoriste » – Anthony Kavanagh

Anthony Kavanagh décrit son nouveau spectacle comme : « à moitié un séminaire de croissance personnelle, à moitié un show d’humour ». Il précise tout de même que s’il est ici plus spirituel et émotif, il ne se prend pas pour un « donneur de leçons ». « Moi j’ai vécu ces choses-là, et peut-être que ça pourra aider… », mentionne-t-il.

À 47 ans*, l’humoriste précise qu’il a voulu réunir l’homme privé et l’artiste sur scène pour ce nouvel effort professionnel. « Je n’avais plus envie d’être que l’artiste; le gars au gros cheveu qui court partout. Je voulais aussi qu’on voie l’homme que ma famille connaissait, le côté un peu plus posé, spirituel, sérieux, sensible et plus doux. Dans mon nouveau show, je fais rire cinq minutes pour avoir le droit d’être sérieux trente secondes. J’avais besoin de redevenir moi, qu’il y ait les deux moitiés sur scène. »

« Dans ce show-là, je fais comme un espèce de striptease émotionnel, où je retire graduellement des couches, le masque de l’humoriste », explique-t-il. « À la fin, je suis à poil, virtuellement…. Ce serait beaucoup plus cher sinon… et beaucoup plus gros (haha)Donc, à la fin je suis nu sur scène pour que l’émotion, les larmes et la peine soient vraies. Comme la vie, ce show-là c’est une montagne russe et l’objectif est de surprendre les gens. On passe du rire aux larmes très rapidement. À la fin, c’est le numéro le plus drôle et tout de suite après, on tombe dans une émotion équivalente, mais de l’autre côté du spectre. »

L’humoriste révèle également que son public est plus vieux chez nous qu’en Europe. « Au Québec, le noyau est encore 40 et 65 ans alors qu’en France, c’est entre 30 et 50 ans. » Évidemment, le fait qu’il ait quitté le Québec pendant plusieurs années explique ce morcellement du public. « Je suis très lucide, je le sais, les jeunes de moins de 25 ans ne me connaissent pas du tout ici. »

« Ce qui me surprend c’est qu’on ne peut plus rien dire. Tout choque tout le monde. » – Anthony Kavanagh

En revenant au Québec, Anthony Kavanagh a constaté que le public québécois était beaucoup plus frileux qu’avant et principalement les femmes. « Ce qui me surprend c’est qu’on ne peut plus rien dire. Tout choque tout le monde. Les femmes sont plus choquées qu’avant. Les femmes sont vexées, froissées. Mais, elles sont où mes femmes québécoises? Avant quand je faisais un gag, les filles riaient comme des gars. Maintenant, elles sont fâchées. La mèche est plus courte et ça m’a déstabilisé au début de l’adaptation du show. »

La première montréalaise de son spectacle Showman aura lieu le 24 octobre prochain alors qu’il sera à la Salle Albert-Rousseau dans la Vieille-Capitale le lendemain. Une supplémentaire a aussi été ajoutée le 23 avril 2018 à Québec. Voyez toutes les dates sur son site officiel ici.

Rappelons qu’Anthony Kavanagh nous a aussi révélé qu’il est le nouveau porte-parole des Fromages d’ici en remplacement de Martin Perizzolo.

*Anthony Kavanagh aura 48 ans le 26 septembre prochain.
Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.