Tous en choeur pour Petite-Vallée au Centre Vidéotron

,

Ce dimanche, au Centre Vidéotron, avait lieu un immense spectacle-bénéfice visant à financer la reconstruction du Théâtre de la vieille forge de Petite-Vallée.

« Il y a des maisons où les chansons aiment entrer. » – Félix Leclerc
« L’amour fait bouger le monde. » – Daniel Lavoie

Il n’y avait qu’une place où il fallait être ce dimanche pour les amoureux de musique francophone et c’était au Centre Vidéotron de Québec. En plus, la cause était belle : la reconstruction d’une institution de la chanson d’ici – le Théâtre de la vieille forge de Petite-Vallée – qui a été rasée par les flammes en août dernier. C’est plus de cinquante artistes qui ont répondu à l’appel et sont montés sur les planches, le coeur battant, pour sauver ce joyau du patrimoine québécois. Dans la salle, plusieurs milliers de spectateurs se montraient solidaires à la cause. Parmi eux, de nombreux fiers Gaspésiens.

Au programme : un spectacle hautement émouvant où des voix de tous les horizons ont chanté à l’unisson pour rebâtir. Évidemment, il serait bien malvenu de critiquer une telle initiative, mise sur pied en quelques semaines seulement. On se doit même de dire, au contraire, que pour un spectacle ficelé en toute hâte, il y avait là un niveau de qualité qui était franchement éblouissant. L’ensemble s’est révélé être le reflet frappant de la richesse de notre culture, d’une pluralité des genres et du foisonnement de talents locaux.

Le numéro d’ouverture, sur la chanson « Quand on a que l’amour » de Brel, a mis la barre haute. Les voix puissantes de Daniel Lavoie, Mario Pelchat, Marc Hervieux et Paul Piché – ceux-ci étaient accompagnés au piano par Catherine Major et par un quatuor à cordes de l’OSQ – ont retenti dans l’enceinte avec force et déjà l’émotion était à son comble. Après, nous n’avions qu’à bien gérer nos frissons collectifs et les larmes qui humectaient nos yeux. Puis, ce fut au tour de Louis-Jean Cormier suivi de Kevin Parent, Patrice Michaud, Dumas, Laurence Jalbert, Tire le coyote et plusieurs autres de nous en mettre plein les oreilles et le coeur. Les intermèdes vidéo, mettant en vedette des artistes qui ne pouvaient être de la partie, avaient aussi leur place. Difficile en fait de pointer les meilleurs moments puisque chaque acte avait son intérêt et sa magie. À l’animation, Emmanuel Bilodeau avait encore bien du bagou et ses interventions ont apporté la dose d’humour nécessaire. En fin de première partie, Lisa Leblanc en a fait rire plus d’un en étant elle-même hilare d’entendre sa chanson «Aujourd’hui, ma vie c’est d’la marde » chantée par le quatuor masculin Quartom. Paul Daraîche et Marc Hervieux ont fermé la boucle de la première partie dans l’émotion en interprétant « À ma mère (perce les nuages) » en duo français/italien. De toute beauté.

La seconde partie a offert plusieurs numéros mémorables qui ont été ovationnés par le public déjà comblé. Parmi ceux-ci, on pense à la nouvelle sensation Émile Bilodeau, véritable bête de scène, qui a livré sa chanson « J’en ai plein mon cass » de manière survoltée. Le duo formé par Catherine Major et Daniel Lavoie sur « Ils s’aiment » était absolument fabuleux et les frissons étaient une fois de plus au rendez-vous. Plus tard, Mario Pelchat a offert l’un des meilleurs moments de la soirée en visitant le répertoire de Ginette Reno avec « Je n’suis qu’une chanson ». L’interprète a osé mettre de côté son micro pour chanter a capella un segment de la chanson, emplissant malgré tout l’amphithéâtre de sa voix puissante. Luc De LaRochellière, Richard Séguin, Yann Perreau, Vincent Vallières, Paul Piché et bien d’autres ont contribué au succès de cette seconde partie.

Au final, c’est 250 000 $ qui auront été amassés au terme de cette initiative musicale et humaine qui a mis en lumière la solidarité des artistes d’ici, leur talent et la fertilité de notre culture. Impossible de passer une mauvaise soirée avec Chanter plus fort que le feu. Au contraire, ceux qui y étaient ont définitivement vécu un moment unique et précieux. Merci à tous les artistes et artisans qui ont contribué à cette réussite.

Précisons que le spectacle a été enregistré et qu’il sera offert dès vendredi sur le Club Illico pour 9,99 $. On vous le conseille vivement, pour ceux qui n’y étaient pas. Sinon, pour donner pour aider à rebâtir le Théâtre de la vieille forge de Petite-Vallée : www.autourdepetitevallee.com

Voici la liste des chansons interprétées pendant le spectacle Chanter plus fort que le feu :

  • Quand on a que l’amour
  • Tout le monde en même temps
  • Father on the go
  • Mécaniques générales
  • La belle Gaspésie
  • La Lurette en colère
  • Entre musique et poésie
  • Pendant que les bateaux
  • Aujourd’hui, ma vie c’est d’la marde
  • À ma mère (perce les nuages)
  • Rien à faire
  • J’en ai plein mon cass
  • Ils s’aiment
  • Tshinanu
  • Marianne Gaboury
  • Je n’suis qu’une chanson
  • Si fragile
  • Ma Gaspésie
  • Rester debout
  • T’embellis ma vie
  • On va s’aimer encore
  • Y’a pas grand-chose dans l’ciel à soir
  • Je pars à l’autre bout du monde
  • Chanter plus fort que la mer
Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.