Esthétique impeccable et énergie contagieuse pour Gorillaz au Festival d’été

,
feq2017
Festival d'été de Québec 2017

Au tour du band britannique virtuel de prendre d’assaut les Plaines d’Abraham.

L’univers visuel développé au fil des ans par le groupe Gorillaz est si fort qu’on était en droit de se demander ce qui nous serait offert ce samedi soir au Festival d’été de Québec. Aurait-on droit à plus que des projections sur fond de musique hybride? Ce questionnement s’était sans doute propagé dans le public qui était beaucoup plus discret que la veille pour l’événement Metallica, bien que très appréciable.

La réponse fut heureusement oui! Damon Albarn, multi-instrumentiste et leader réel de la formation virtuelle (aussi chanteur du groupe Blur) s’est présenté sur scène avec une armée de collaborateurs pour offrir un spectacle unique à l’esthétique impeccable issue de l’imaginaire complexe de l’artiste Jamie Hewlett.

Dans une forme explosive, Albarn et son clan ont fait leur entrée sur scène dans un grand fracas sur le coup de 21 h 30, devant une foule réjouie, sur la chanson « M1 A1 » tirée de l’album éponyme de 2001. Du coup, les personnages 2D, Murdoc, Noodle et Russel ont pris le contrôle des écrans. C’est un spectacle éblouissant qui nous a été offert, au point tel qu’il était difficile, voire impossible, de détacher notre regard de l’écran qui habillait le fond de la scène, et ce, malgré la flamboyance d’Albarn qui a même osé plusieurs bains de foule.

Côté projections, nous avons notamment eu droit à un voyage dans l’espace, des combats aériens, une plongée sous-marine, des images à la limite psychédélique et plus encore en compagnie de 2D et ses complices numériques. Côté musical, c’est un survol complet du répertoire du groupe qui a été offert, incluant le nouvel opus Humanz lancé en 2017. Seule petite déception, le hit « Feel Good inc. » n’a pas été retenu pour cette tournée.

Pendant la soirée, plusieurs collaborateurs sont venus se greffer à l’ensemble pour le bonifier et Albarn leur a laissé toute la place pour briller. Pour « Busted and Blue », on a fait appel à Kelela qui avait offert la première partie du spectacle. À elle s’est joint Danny Brown, la deuxième partie, pour la chanson « Submission »; un segment très réussi. Peven Everett a mis sa voix puissante et son énergie au service du titre « Strobelite », pour revenir ensuite au rappel sur le succès « Stylo ». Jamie Principle (avec son gilet « Pussy Not War ») a enflammé la foule sur « Sex Murder Party ». L’excellente « DARE » a connu une interprétation heureuse avec les choristes Petra et Rebecca.

Évidemment, les plus gros succès du groupe étaient réservés pour le rappel, dont l’incontournable « Clint Eastwood » qui a propulsé la formation à l’international en 2001. Réaction du public assurée. Parions que ceux qui ont joué les curieux pour cet avant-dernier spectacle de la 50e édition du Festival d’été de Québec n’ont pas été déçus, bien au contraire. On en aurait même pris plus! Coup de coeur immense pour Damon Albarn, son clan et le microcosme visuel qui les accompagne.

Voici la liste des chansons interprétées par Gorillaz au Festival d’été de Québec :

  • M1 A1
  • Ascension
  • Last Living Souls
  • Saturnz Barz
  • Tomorrow Comes Today
  • Rhinestone Eyes
  • Sleeping Powder
  • 19/2000
  • El Mañana
  • On Melancholy Hill
  • Busted and Blue
  • Submission (avec Danny Brown & Kelela)
  • Strobelite (avec Peven Everett)
  • Andromeda
  • Sex Murder Party (avec Jamie Principle)
  • DARE (avec Petra & Rebecca)
  • We Got the Power

Rappel :

  • Stylo (avec Peven Everett)
  • Kids With Guns
  • Clint Eastwood
  • Don’t Get Lost in Heaven
  • Demon Days
feq2017
Festival d'été de Québec 2017
Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.