Stéphanie Boulay fait des confessions dans un texte percutant

,

La moitié blonde des Soeurs Boulay s’est ouverte dans un billet de blogue des plus poignants.

Stéphanie Boulay avoue avoir toujours été attirée par les « mauvais garçons ». Récemment, un ami lui a conseillé de lire un texte de Candice Benbow et elle a alors pu constater qu’elle n’était pas seule à vivre ce genre de situation.

La chanteuse a donc décidé de s’ouvrir à son tour dans un texte bouleversant sur son blogue personnel. La jeune femme s’adresse avec assurance au « boysclub » :

« « Homme comme toi », membre du boysclub. Dernièrement, je ne suis pas impressionnée par toi, ni par toi, ni par toi, ni par toi. Membres du boysclub, vous m’avez menti. Quand je l’ai appris, vous m’avez menti à nouveau. Vous m’avez responsabilisée pour vos mensonges. Vous m’avez manipulée. Vous m’avez pénétrée sans condom en me disant que j’étais la seule, finalement, il y en avait d’autres. J’ai eu peur pour ma santé, pour ma vie. J’ai chanté et joué mes chansons devant vous, vous ne m’avez pas écoutée, vous m’avez regardée comme un sexe féminin géant. »

« Vous avez soulevé ma jupe pour regarder mon cul. Vous m’avez téléphoné à la dernière minute, à la fermeture des bars, alors que j’étais votre dernier choix, alors que vous n’aviez pas voulu faire de plans avec moi à l’avance. Vous avez négligé vos enfants. Vous avez insisté pour que je prenne des hormones qui me rendaient malade parce que vous n’aimiez pas les condoms. Vous m’avez prise, jetée, puis prise puis jetée. Vous avez pris ma colère pour de la folie, mes reproches pour des caprices, mes besoins pour des montagnes. »

« Ce qui me bouleverse aujourd’hui, c’est que je croyais que tout ça, ce n’était que moi, que ce n’était que pour moi, que c’était de ma faute. Que je choisissais inconsciemment mon malheur amoureux. Que les autres femmes choisissaient probablement mieux. Que ce l’était probablement – mieux -, de l’autre côté de la sphère artistique. Que les autres hommes que je ne choisissais pas étaient forcément meilleurs. »

« Je travaille fort, en thérapie, depuis des années. Je cherche la source. Je travaille mes mécanismes. Ma confiance. Je cherche la blessure originelle, celle qui fait que je replonge à chaque fois, jamais apeurée, jamais découragée, toujours ouverte et toujours libre. Et je lis ce texte de Candice Benbow aujourd’hui, et je me demande: se pourrait-il qu’elle ait raison? Se pourrait-il que mes histoires et les siennes fassent partie d’une série d’histoires, d’un grand tout, d’une constante, d’une problématique systémique, qui ne vient PAS UNIQUEMENT DE NOUS? »

« Je rêve d’un monde où un geste malsain serait un geste malsain pour tout le monde. Où les membres du boysclub se confronteraient entre eux. Se pousseraient à grandir au lieu de s’attendre à ce que les femmes changent leurs réflexes et leurs attentes afin de se plier à LEUR façon de vivre. Je rêve d’un monde où on ne dirait pas à une fille « tu choisis mal tes amoureux, il faudrait que tu consultes » au lieu de condamner l’imbécile qui l’a menée en bateau, qui l’a traitée comme une moins que rien. »

On se rappellera que ce n’est pas la première fois que Stéphanie Boulay prend la parole pour aider les femmes à être mieux dans leur peau. En janvier, la jeune femme avait écrit un billet inspirant sur la quête de la beauté des femmes.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.