Julie Snyder commente la présence du couple PKP et Lucie Laurier au Gala Artis

,

L’ancienne animatrice du Banquier était l’invitée de Jean-Philippe Wauthier et Rebecca Makonnen ce dimanche.

On le sait, depuis quelques semaines, la comédienne Lucie Laurier et l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau ont foulé les tapis rouges côte à côte et ont participé à différents événements mondains ensemble. Ils ont pu être aperçus main dans la main pour la première fois lors de la première de Bon Cop Bad Cop 2 en mai dernier. L’actrice s’est même exprimée ouvertement depuis sur sa nouvelle relation amoureuse avec PKP lors de son passage aux Échangistes.

Alors que Jean-Philippe Wauthier et Rebecca Makonnen recevaient Julie Snyder sur leur plateau ce dimanche, ils en ont profité pour questionner la productrice d’Occupation Double pour connaître sa réaction face à ce nouveau couple. Wauthier a abordé le sujet en parlant des remerciements d’Antoine Bertrand au Gala Artis, qui a commenté d’amusante façon les apparitions publiques du tandem. Découvrez ici les mots prononcés par Antoine Bertrand sur la scène du Gala de l’Artis 2017.

Voyant bien que l’animateur allait la questionner sur le sujet, Snyder a commencé à verser de l’alcool dans son verre, démontrant bien son inconfort à parler des nouvelles fréquentations de son ex-mari. « Je n’ai pas regardé le gala, donc je ne l’ai pas vu [le couple], mais évidemment j’ai reçu un texto », mentionne Julie Snyder. « J’ai lu ça. Je ne suis pas allé voir non plus. Et, après ça, j’ai lu Hugo Dumas qui disait : « Antoine est mon idole » et ça m’a donné le goût d’aller voir le moment. Et j’ai trouvé qu’Antoine Bertrand était très drôle. »

Mentionnons que l’animatrice a aussi précisé qu’elle avait trouvé ça plutôt « louche » de ne pas avoir été mise en nomination lors du dernier Gala Artis. Rappelons que les nommés dans chacune des catégories de ce gala sont élus par un vote du public. Nous expliquions d’ailleurs ici comment fonctionne le système de votation. « Depuis 1990, quand j’ai commencé à l’animation, j’ai été en nomination chaque année au gala Artis. J’en ai gagné, il y a des années où j’étais juste en nomination. Sauf quand j’étais en France ou que je préparais une émission. [...] C’était la première fois que ça m’arrivait de mémoire [de ne pas être nommée]. C’est comme un événement alternatif. »

Julie Snyder a aussi dit qu’elle avait eu plusieurs offres pour piloter des émissions à Radio-Canada et à V, mais qu’elle n’avait encore rien accepté. L’animatrice mentionne que préparer une émission prend du temps.

On a senti Snyder fébrile lorsqu’elle a parlé du Banquier. Comme l’émission était préenregistrée, l’animatrice n’a pas pu faire ses au revoir au public, ce qui l’a beaucoup attristée. « J’aurais voulu remercier les gens pour les douze saisons de grande fidélité parce qu’on a été numéro un tous les dimanches », a-t-elle déclaré. « C’est une fidélité à laquelle je n’étais pas habituée, c’est une fidélité très rare. » Rappelons que Snyder a appris l’annulation du Banquier dans les journaux.

Julie Snyder a aussi souligné lors de son entrevue au Beau dimanche qu’elle se sentait plus libre depuis son départ de TVA. « J’étais souvent invitée à Tout le monde en parle; des fois ça ne me tentait pas d’y aller pour toutes sortes de raisons, mais parfois j’avais envie d’y aller. Et puis, quand j’en parlais à ma patronne France Lauzière, elle me disait non. Parfois je ne comprenais pas parce que je voyais Martin Matte qui était dans Les beaux malaises et qui lui était à Tout le monde en parle. Ce n’était pas clair. »

Une fois de plus, comme lors de son passage à Tout le monde en parle il y a un an, Julie Snyder s’est livrée avec humilité et générosité sur un plateau de Radio-Canada. On espère retrouver l’animatrice à la télévision bientôt, peu importe le réseau.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.