Fabienne Larouche doit expliquer l’énigmatique finale de Sur-Vie

,

La populaire productrice n’en a visiblement pas fini avec les questions des téléspectateurs à propos de Sur-Vie.

Après avoir répondu aux détracteurs de Sur-Vie, qui n’a laissé personne indifférent, en début de semaine, voilà que Fabienne Larouche doit maintenant expliquer la finale énigmatique de la série.

Visiblement, plusieurs téléspectateurs perplexes n’ont pas saisi le sens de ce qui leur a été présenté le 11 mai dernier à 22 h à Séries+.

Sommairement, dans cet épisode, Frédérique Boileau (Mariloup Wolfe) abandonnait la téléréalité à laquelle elle participait alors qu’une diffusion en direct était en cours. Dans le taxi, en se rendant à l’aéroport, elle indiquait au chauffeur faire du théâtre à New York.

« Cette série, par la mise en abîme, porte un regard noir et critique sur le monde des vedettes. Vous avez ri parfois? C’était voulu. Vous avez trouvé une certaine langueur, c’était aussi voulu, simplement pour contrer l’impression que cet univers est fantastique, alors qu’il n’est pas mieux que les autres. On s’y ennuie beaucoup. Tous cherchent les sensations fortes. L’univers de la télé-réalité était un prétexte. Nous aurions pu choisir la fiction ou le journalisme. De plus en plus, on sent le « faux », certains disent le « fake » nous envahir. C’était le sujet de Sur-Vie », indique d’abord Fabienne Larouche.

Puis, elle poursuit : « Tout au long de la série, on suit le parcours de Fred Boileau. Elle pensait réussir à LA. Elle a échoué. Mais elle se sent supérieure aux concurrents de la TR qui aspirent à la gloire. Elle ne l’est pas. Maxime la trahit deux fois, par son infidélité et par sa complicité avec Charles. Elle veut se venger. Elle se fait prendre au jeu et elle est happée par une machine qui broie les individus. Elle se perd de vue. Charles Grisé la nargue en lui disant que si elle était authentique, si l’Art était sa mission, elle ferait du théâtre à New York. À la fin, c’est ce qu’elle fait. Elle quitte Maxime et va faire du théâtre à New York en disant à sa mère que, finalement, elle s’est trouvée et qu’elle est heureuse. C’est tout. »

Après le visionnement des deux premiers épisodes de Sur-Vie, nous y avions vu un certain potentiel (sauf pour la performance navrante de Pamela Anderson), bien que l’univers dépeint était franchement froid et les personnages très peu attachants. Une chose est certaine, Mariloup Wolfe y brillait. Au final, cette proposition audacieuse n’aura malheureusement pas conquis son public.

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.