Plan B à Séries+ : Petit bijou télévisuel à ne pas manquer

,

Les six épisodes de 60 minutes de Plan B seront présentés les jeudis à 21 h dès le 4 mai à Séries+.

coup_de_coeur_television_tiny

Allons-y d’emblée avec la bonne nouvelle : Plan B est une réussite totale! La nouvelle production de KOTV pour Séries+, qui met en vedette Louis Morissette et Magalie Lépine Blondeau, captive autant qu’elle fait réfléchir tout en étant le miroir d’une réalité omniprésente et quelque peu déconcertante; les couples qui s’oublient au profit d’une vie effrénée gouvernée par les technologies et l’ambition. Les acteurs y sont tous extraordinaires, les textes sont justes et la réalisation de Jean-François Asselin magnifie le tout. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Plan B est à ne pas manquer.

Au départ, difficile de ne pas craquer pour la trame narrative, franchement efficace et fascinante, qui se développe pratiquement comme un suspense. Philippe Girard (Louis Morissette) a fait des choix dans sa vie et dans sa carrière qui ont mené à l’échec de son couple. Alors qu’il avait le sentiment de faire tout cela afin d’obtenir une vie meilleure avec sa Evelyne (Magalie Lépine-Blondeau), celui-ci a plutôt oublié sa conjointe au fil du temps, la laissant malheureuse et incomprise. Une deuxième chance s’offrira toutefois à lui avec Plan B, une compagnie qui permet de revenir en arrière pour tenter de corriger les erreurs du passé. Après un premier essai fructueux, Philippe abusera de ce stratagème, tout en constatant que lorsqu’on modifie la trajectoire des choses, d’autres éléments peuvent dérailler. Comment faire alors pour obtenir le portrait parfait?

Voyez la bande-annonce dramatique de la série ici.

À l’instar du film Le mirage, Louis Morissette trouve ici un personnage en crise existentielle qui lui sied parfaitement. Charismatique et toujours juste, le comédien offre un grand moment de télévision alors que les faits et gestes de son protagoniste ont l’effet d’une bombe sur le téléspectateur qui se met immédiatement en mode introspection.

Au final, on peut dire que Louis Morissette, Jean-François Asselin et leur équipe ont créé un petit bijou télévisuel qui fera le bonheur des téléspectateurs en cette période plus creuse.

Il trouve en Magalie Lépine-Blondeau – coqueluche de l’heure après la première saison de District 31 – la partenaire de jeu idéale. La magnifique actrice, lumineuse même dans la douleur, plonge sans retenue dans cette histoire souvent crève-coeur et personnifie à merveille l’amoureuse et complice qu’on tient malheureusement pour acquise. Fabien Cloutier en frère paumé, Émile Proulx-Cloutier en beau-frère fourbe, Julie Le Breton en avocate femme fatale et Florence Longpré en réceptionniste peu douée (un bon comic relief) contribuent également au succès de l’ensemble.

Premier constat après le visionnement des deux premiers épisodes de la série : les échanges plus vrais que nature et souvent incisifs entre les personnages frappent fort. Jean-François Asselin et Jacques Drolet ont fait un travail impeccable avec un scénario complexe alliant le surnaturel à l’humain, sans jamais tomber dans les banalités. Deuxième constat : les réflexions intrinsèques sur les écueils du couple moderne sont justes et suscitent une remise en question. Il va sans dire que les téléspectateurs qui se trouvent dans la même situation que le couple principal seront chamboulés par cette histoire. Troisième constat et non le moindre : on en veut plus! Après deux épisodes, difficile d’attendre quelques semaines pour voir la suite. C’est plus que bon signe.

Au final, on peut dire que Louis Morissette, Jean-François Asselin et leur équipe ont créé un petit bijou télévisuel qui fera le bonheur des téléspectateurs en cette période plus creuse. Difficile de trouver des défauts à cette série captivante, intrigante et hautement addictive qu’on continuera assurément de regarder. Un bon coup pour Séries+!

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.