Deuxième chance : Tourbillon d’émotions livré avec sobriété et intelligence

,

Deuxième chance, adaptation du concept britannique The Gift, sera présentée à compter du samedi 14 janvier à 20 h sur ICI Radio-Canada.

Je dois d’abord vous avouer quelque chose : je suis une tendre, j’ai un coeur de guimauve, j’ai la larme facile. C’est donc dire que je savais, avant même d’avoir visionné les deux premiers épisodes de la série Deuxième chance, que je serais étreinte par l’émotion devant ces quêtes personnelles et sensibles. Par contre, j’étais aussi animée par une certaine crainte; celle de me retrouver devant une version 2.0 des Retrouvailles de Claire Lamarche, un objet kitsch, larmoyant et manipulateur qui aurait eu tôt fait de me rebuter.

Le tout est présenté avec tellement d’élégance, d’intelligence, de sobriété et de classe qu’il est presque impossible d’y résister.

Loin de là! Certes, l’émotion est au rendez-vous. C’est normal, nous sommes en présence de personnes qui vivent de très grands moments, de grands chambardements, et il serait difficile de rester de glace devant autant d’authenticité. Mais le tout est présenté avec tellement d’élégance, d’intelligence, de sobriété et de classe qu’il est presque impossible d’y résister. Une superbe proposition d’ICI Radio-Canada qui a le mérite de nous faire réfléchir à l’importance des mots et des gestes que l’on pose au cours d’une vie.

Le concept est le suivant : Marina Orsini et Patrick Lagacé rencontrent des personnes qui souhaitent retrouver un pair. Renouer avec un parent biologique dans un autre pays, revoir une personne qui a marqué l’enfance, remercier un héros qui a sauvé une vie, demander pardon à une personne à qui l’on a fait du mal. Les quêtes sont multiples et n’ont pas toutes le même objectif, ce qui fait le succès de la série. On présente deux histoires par émission, celles-ci s’entrelacent et se complètent harmonieusement.

Dans le premier épisode, on fait la rencontre d’un ex-détenu qui souhaite rencontrer l’homme qu’il a kidnappé 30 ans plus tôt, pour lui offrir ses excuses sincères. Un sujet délicat qui nous amène à nous questionner nous-mêmes sur notre réaction potentielle. La rencontre entre cet homme repenti, sa victime et le père de celle-ci est superbe, troublante et montre à quel point l’humain est beau et peut-être résilient. On rencontre aussi une femme qui souhaite retrouver la nounou qui a joué un rôle capital dans son enfance. Le second épisode toutefois celui qui m’a le plus touchée. Le journaliste Pascal Robidas retourne à Macao en Chine, sa ville natale, afin de revoir sa mère biologique qui a dû se résoudre à le placer en adoption, une décision qui aura été à la fois salvatrice et crève-coeur.  Puis, un couple souhaite remercier l’homme qui leur a sauvé la vie quelques années plus tôt, pendant une expédition de plongée sous-marine. Une surprise pourrait bien se trouver au détour pour cet humble héros…

Dans ce contexte, Marina Orsini et Patrick Lagacé s’avèrent franchement complémentaires. On sent l’instinct journalistique de Patrick Lagacé, solide, tandis que Marina Orsini déborde d’empathie pour son prochain.

Pas besoin d’exagérer quoi que ce soit ici puisque tout est présent pour faire une bonne histoire. Les plus grands moments d’émotion sont souvent présentés sans musique, les scènes parlent d’elles-mêmes. Dans ce contexte, Marina Orsini et Patrick Lagacé s’avèrent franchement complémentaires. On sent l’instinct journalistique de Patrick Lagacé, solide, tandis que Marina Orsini déborde d’empathie pour son prochain. Seul petit bémol : il serait pertinent, voire apprécié, de mettre en valeur les efforts de l’équipe chevronnée qui accompagne certainement les deux animateurs dans leurs recherches. Pour le reste, Deuxième chance est une émission touchante et captivante qui frappe droit dans le mille : le coeur.

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.