Fatale-station : Peut-on être trop mystérieux?

,

Il faudra plus que deux épisodes pour nous convaincre du potentiel de Fatale-station

Stéphane Bourguignon (auteur de La vie, la vie et Tout sur moi) nous a habitués à des comédies légères et inspirantes. Avec Fatale-station, nous sommes complètement ailleurs. Nous sommes dans le suspense, le mystère, les secrets, les mensonges, le passé trouble, sans oublier la violence physique et psychologique. Comme on le disait : complètement ailleurs…

La nouvelle série de l’EXTRA d’ICI Radio-Canada Télé raconte l’histoire de Sarah qui vient s’installer à Fatale-Station pour fuir ses démons. Malheureusement, O’Gallagher, la puissante matriarche du village interprétée par Micheline Lanctôt, refuse qu’elle loue ou achète une propriété sur ses terres. Malgré tous les efforts des habitants du village afin de convaincre l’étrangère de quitter leur bourgade, Sarah refuse systématiquement jusqu’à s’installer dans le presbytère, à l’insu d’O’Gallagher et ses disciples.

Le désir d’étrangeté de cette série est si criant et obstiné qu’on vient à en être agacé.

Pourquoi Sarah tient tant à rester en ces lieux qui ne lui sont pas hospitaliers? Pourquoi O’Gallagher a tant de pouvoir sur les citoyens qui se prosternent presque tous devant son omnipotence? Ce sont ces intrigues que les téléspectateurs seront amenés à résoudre au fil des 10 épisodes de 60 minutes, réalisés par Rafaël Ouellet (Nouvelle Adresse).

La volonté de cette série d’être mystérieuse et intrigante finira par engendrer sa perte. Bien sûr, nous n’avons vu que les deux premiers épisodes, ce qui ne donne pas un portrait suffisamment complet pour justifier une descente en flammes, mais le désir d’étrangeté de cette série est si criant et obstiné qu’on vient à en être agacé. Tous les personnages – secondaires ou principaux – possèdent leur côté sombre et énigmatique. À force d’insister autant sur le mystère, on finira par le noyer.

Claude Legault est aussi fort convaincant en tenancier de bar et d’hôtel impétueux (quel bonheur de retrouver cet acteur talentueux et charismatique à l’écran!).

Il y a, par contre, des éléments très intéressants dans Fatale-station, et certains aspects du mystère intriguent suffisamment pour nous convaincre de poursuivre notre visionnement. Bien que le jeu de Macha Limonchik soit, lui aussi, taché de cet entêtement au suspense, elle se révèle être une héroïne magnétique. Claude Legault, qui fait un retour à l’écran après une pause d’un an et demi, est aussi fort convaincant en tenancier de bar et d’hôtel impétueux (quel bonheur de retrouver cet acteur talentueux et charismatique à l’écran!). En vrai, il n’y a aucun acteur qui n’arrive pas à tirer son épingle du jeu ici. La distribution toute étoile se révèle être l’une des principales qualités de la production de Radio-Canada (ce sont leurs personnages qui convainquent moins).

La réalisation de Ouellet mérite aussi des compliments. Avec autant d’éléments mystérieux, il aurait été facile de tomber dans la noirceur et l’occultisme, mais le réalisateur a choisi une esthétique moderne, dans laquelle, par contre, ce personnage d’Indien déambulant tranquillement à cheval dans les rues de la ville contraste.

Les cinq premiers épisodes seront disponibles dès ce soir, 21 h, sur l’EXTRA d’ICI tou.tv. Mais, il faudra attendre encore un moment avant de voir la suite, puisque, dit-on, le montage n’est toujours pas terminé. Mentionnons également que le premier épisode sera présenté ce soir (20 décembre) à 21 h sur les ondes de Radio-Canada. Blue Moon a été l’élément déclencheur pour beaucoup de Québécois à s’abonner au Club Illico. Il serait surprenant – à moins d’un bouche à oreille important relié à un revirement spectaculaire dans les épisodes 3 à 5 – que Fatale-station ait le même impact pour l’EXTRA.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net