Fred Dubé critique les humoristes qui font de l’argent avec la publicité

,

L’humoriste engagé a rédigé un texte incendiaire dans le journal Métro intitulé Parrainons Martin Matte.

Sous le couvert d’une ironie tranchante, l’humoriste Fred Dubé s’en est pris à Martin Matte, qui a récemment lancé sa campagne avec la chaîne de supermarchés Maxi, dans un texte humoristique bouillant dans le journal Métro.

« Martin Matte doit sérieusement avoir besoin d’argent pour toujours être contraint de jouer dans des publicités. Il a été vendeur de chars, et maintenant épicier. Je croyais que sa carrière allait bien. Mais visiblement, il est gravement dans la dèche », écrit-il d’emblée.

« Comment pouvons-nous en tant que société laisser nos va-nu-pieds d’humoristes être si misérables, fauchés et faméliques? Gandhi disait qu’on juge du degré de civilisation d’une société à la manière dont elle traite ses humoristes. Pôvres petits nous. »

« Martin Matte est un homme intelligent qui sait que la publicité est une forme d’engagement social qui poussent les gens à surconsommer. Martin sait que de se vendre à un produit, c’est le summum de l’engagement. Inutile de rappeler à monsieur Matte que la publicité est la plus grande agression qui vient coloniser notre imaginaire, alors que le rôle de l’artiste est de le décoloniser, pas de s’en faire complice. »

« Par ailleurs, cette campagne publicitaire monopolise les médias et prend une place énorme dans la petite sphère de l’information au Québec. L’humoriste, malgré lui, fait de l’ombre «aux gens ordinaires» qui mènent aussi des combats. Des courageuses militantes s’enchaînent à un pipeline d’Enbridge… oui, mais Martin Matte lance une pub loufdingue! Le Salon du livre regorge de bouquins inconnus du public… oui mais Martin Matte croque dans une tomate! Y est drôle! Mais le clown est triste. »

En conclusion, Dubé étend sa réflexion jusqu’à attaquer tous les humoristes qui ont eu recours à « l’infâme publicité » pour remplir leur porte-feuille. « Martin Matte n’est pas le seul à être obligé de s’agenouiller devant le phallus doré du Grand Capital pour sa maigre pitance. Y a aussi le défavorisé Louis Morissette en livreur de pizzas, le démuni André Sauvé en courtier immobilier, etc. La prochaine fois que les humoristes se colleront un X rouge sur la bouche au cours d’un gala pour revendiquer la sainte liberté d’expression, de grâce, écoutons-les, ils ont sûrement un cossin à nous vendre. Libârté, j’écris ton nom. »

La plume élégante et venimeuse de Fred Dubé, que vous avez peut-être vu dans la série Les 5 prochains à ARTV, en a fait réagir plus d’un sur les réseaux sociaux. Que pensez-vous de cette intervention?

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net