District 31 : Quand la fiction rattrape la réalité

,

Une situation présentée dans District 31 cette semaine ressemble étrangement à une histoire franchement d’actualité.

Depuis le début de sa diffusion en septembre dernier, District 31 nous a présenté plusieurs enquêtes qui rappellent des éléments d’actualités des dernières années.

On pense notamment à l’enquête sur la disparition du petit Théo qui est apparentée à la triste histoire de Cédrika Provencher. Ou même au démantèlement d’un réseau de prostitution juvénile qui sonne bien quelques cloches. On comprend et apprécie le fait que l’auteur Luc Dionne puise dans l’actualité judiciaire du Québec pour construire ses histoires passionnantes qui nous tiennent en haleine chaque jour de la semaine.

Cependant, j’ai été franchement surprise cette semaine par l’une de ces histoires, alors que celle-ci se déroule à la fois à l’écran dans District 31 et dans la vraie vie, avec le journaliste Patrick Lagacé. La coïncidence est on ne peut plus stupéfiante, vous ne trouvez pas?

lagace_district31
© ICI Radio-Canada Télé/Happy Geeks Media

Rappelons d’abord les faits concernant Patrick Lagacé qui écrit pour La Presse. Le journaliste, avec l’aide des avocats du média qui l’emploie, a découvert avoir fait l’objet d’une surveillance accrue des policiers de la SPVM. Le but inavoué de l’entreprise : découvrir certaines des sources journalistiques de Lagacé. Celui-ci aurait donc fait l’objet de 24 mandats de surveillance, alors que ses textos, appels téléphoniques et allées et venues ont été scrutés à la loupe, à son insu. Cet espionnage visait à coincer des policiers qui auraient fait couler de l’information confidentielle dans les médias.

Une discussion nécessaire a bien sûr été lancée par la suite dans les médias sur la protection des sources journalistiques, le respect de la vie privée et la liberté de presse en démocratie. Les tactiques de la SPVM ont été qualifiées de véritable « attaque contre le journalisme d’enquête »  par le président par intérim de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Jean-Thomas Léveillé.

Voilà qu’une histoire similaire se déroule la même semaine dans District 31. Le journaliste judiciaire Jean Brière, personnifié par Jeff Boudreault, se fait offrir de l’information privilégiée et confidentielle sur l’enquête du petit Théo par l’ancien lieutenant Laurent Cloutier (Patrick Labbé). L’information est ensuite dévoilée durant un bulletin de nouvelles. Le journaliste en question est ensuite accusé d’outrage au tribunal et envoyé en prison parce qu’il refuse de divulguer ses sources d’information.

« Bien voilà, on m’amène en prison parce que je refuse de dévoiler une source qui m’a fourni de l’information. C’est une journée noire pour le Québec, une des pires attaques à la démocratie que nous ayons vues. La journée où les médias de masse seront dans l’obligation de révéler la provenance des informations qu’ils diffusent, il sera trop tard. Oui, il sera trop tard, parce que la censure aura eu raison de notre liberté de parole », indique le personnage Jean Brière.

Comme on sait que les épisodes de District 31 sont tournés plusieurs semaines avant leur diffusion à Radio-Canada, on ne peut que se surprendre de cette coïncidence étrange. Comme si l’auteur avait eu des antennes… N’en reste pas moins que le sujet ne pourrait être plus d’actualité et qu’il s’agit d’un très bon coup pour District 31 qui tape encore une fois en plein dans le mille.

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.