Feux : L’épisode qui fait tout basculer

,

L’épisode de Feux diffusé ce lundi 24 octobre aura certainement des conséquences importantes sur la suite de l’intrigue.

Avertissement : Si vous n’avez pas encore visionné l’épisode du 24 octobre de Feux, voire le précédent, nous vous conseillons de cesser votre lecture maintenant. Des éléments importants de l’intrigue sont évoqués ci-dessous.

Ce fut pour moi très difficile, voire quasi impossible, de visionner en entier cet épisode qui était troublant, choquant, très explicite et profondément réaliste.

Il y a eu très peu d’émissions, dans l’histoire de la télévision en général, qui ont eu sur moi l’effet de l’épisode de Feux de ce soir. Évidemment, comme tout le monde, j’étais en attente de la suite des événements et j’espérais profondément que le petit Hervé allait s’en tirer après des minutes trop longues passées dans la chaleur excessive de la voiture de son père, baignée dans un chaud soleil d’été. Ce ne fut pas le cas. Je crains que ces images douloureuses – qui rappellent que des événements semblables sont possibles et se sont déjà produits près de chez nous – ne quittent pas mon esprit pendant longtemps. La maman que je suis est allée embrasser ses enfants, engoncés dans un sommeil paisible, après ce visionnement difficile.

Ce fut pour moi très difficile, voire quasi impossible, de visionner en entier cet épisode qui était troublant, choquant, très explicite et profondément réaliste. La scène où la mère aperçoit son enfant sur un brancard, après les minutes trop longues qui auront finalement servi à constater son décès, est venue me heurter jusque dans mon salon. À tel point que je me suis posé la question s’il était nécessaire d’en montrer autant. Je n’ai toujours pas la réponse à cette question…

Au même moment, je tentais tant bien que mal de me rappeler qu’il s’agit d’une fiction, si bien écrite, et que tout cela ne se déroulait pas vraiment devant mes yeux. Pour y arriver et pour m’extirper de ces larmes que je n’étais plus en mesure de réfréner, j’ai transféré mon point de mire sur les performances des acteurs et c’est alors que j’ai été complètement soufflée.

On le sait et on le dit depuis le début de la saison, la distribution de Feux est exemplaire. Mais ce lundi, on a eu droit à plus que cela. On a eu droit à de la grande télévision et à une scène qui marquera certainement les esprits. Celle où Marc Lemaire se confesse à la police. Je savais déjà qu’Alexandre Goyette était un grand comédien. Je l’avais vu au théâtre dans King Dave et j’avais été hypnotisée par sa présence magnétique. Depuis, je le trouvais trop peu sollicité pour des rôles d’envergure à la télévision et au cinéma. Voilà qu’il vient de dévoiler plus que jamais ce talent qui le distingue. Cette scène où le jeune agent immobilier confronte enfin la vérité et réalise la portée de ses actes est l’une des meilleures que j’ai vues à la télévision. Point.

Et parions que nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Sur une note différente, avez-vous remarqué comment Marc Lemaire dit à son père que c’était de sa faute à l’époque et que ce l’est encore aujourd’hui? Une petite phrase discrète, glissée au coeur d’un moment de grande intensité, mais qui nous en dit sûrement long sur ce feu qui a eu lieu plusieurs années auparavant.

De votre côté, comment avez-vous vécu cet épisode difficile? On veut vous lire.

Note : nous avons visionné cet épisode il y a une semaine sur l’Extra d’ICI Tou.tv.
Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net