District 31 reprend du galon, saura-t-il maintenir son rythme effréné?

,

Il faut l’avouer, la dernière semaine de District 31 nous a tenus en haleine de façon prodigieuse.

Lundi de la semaine dernière, on se demandait si l’histoire du petit Théo s’étirait exagérément. Comme pour nous faire mentir, la série s’est penchée sur un meurtre sordide et intrigant le soir même. Dès lors, la quotidienne a repris du galon et nous sommes maintenant accrochés comme jamais aux aventures de ces policiers du poste de quartier 31.

Certes, le petit Théo est probablement déjà mort, mais le fait qu’on ramène périodiquement ses parents désespérés à l’écran, même si les protagonistes sont investis dans une nouvelle enquête, fait persister le mystère et apporte une profondeur indispensable et un aspect réaliste au récit principal.

Maintenant que Dionne nous a convaincus de la force et de l’intelligence de son récit, puis nous a prouvé l’efficacité possible d’une série quotidienne, nous espérons seulement que l’auteur réussira à maintenir la même intensité tout au long de la saison.

Qui est le responsable du meurtre de Julie Meloche? Voici la question qui se trouve maintenant sur toutes les lèvres. Le lieutenant-détective Laurent Cloutier, son fils adolescent jaloux ou une autre personne qu’on ne soupçonne pas encore? Qui a tué l’adolescente débridée et infidèle? Tout le Québec est au bout de son siège et attend impatiemment le dénouement de cette intrigue enlevante. C’est près de 900 000 personnes qui suivent les péripéties des sergents Nadine Legrand et Patrick Bissonnette, des cotes d’écoute impressionnantes pour une émission quotidienne. Il faut donc lancer des fleurs à Luc Dionne, qui a écrit un scénario intelligent et captivant.

Il serait mal avisé de ne pas saluer aussi le travail exceptionnel des acteurs de cette série, qui la font briller encore davantage. En plus de Magalie Lépine-Blondeau et Vincent-Guillaume Otis, qui tiennent les rôles principaux avec panache et doigté, il faut aussi mentionner les performances remarquables de Patrick Labbé – dont le personnage est, pour le moment, le principal suspect de l’enquête en cours -, Gildor Roy sous les traits d’un commandant fort convaincant et Sébastien Delorme qui perce l’écran à chacune de ses interventions. Robert Naylor, qui interprète le fils hockeyeur du lieutenant, mérite également qu’on le cite, tout comme la jeune comédienne Juliette Gariépy, qui, bien que son personnage ait connu un triste sort, a su se démarquer suffisamment à l’écran pour qu’on se souvienne d’elle.

Maintenant que Dionne nous a convaincus de la force et de l’intelligence de son récit, puis nous a prouvé l’efficacité possible d’une série quotidienne, nous espérons seulement que l’auteur réussira à maintenir la même intensité tout au long de la saison. Parce que, pour le moment, nous sommes pendus à ses lèvres!

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.