La colère de Prophets of Rage se déchaîne sur Québec

,

Chuck D, B-Real, Tom Morello, Tim Commerford, Brad Wilk et DJ Lord se sont présentés ce soir au Centre Vidéotron de Québec avec la hargne au ventre.

La course à la présidence américaine, qui a pris des airs de cirque depuis plusieurs mois déjà, était suffisante pour faire écumer les membres du groupe engagé Rage Against de Machine et les faire sortir d’un trop long hiatus. Une bonne nouvelle pour nous. Avec Chuck D et DJ Lord de Public Enemy et B-Real de Cypress Hill, trois des artistes du groupe culte des années 90 – Tom Morello, Tim Commerford et Brad Wilk – ont souhaité former un super groupe pour faire rager l’Amérique à nouveau («Make America Rage Again»). Un slogan qui est en fait un pied de nez au candidat républicain Donald Trump.

C’est donc avec une énergie hors du commun que les complices du nouvellement formé Prophets of Rage ont déversé leur fiel et leur rap-métal sur la scène du Centre Vidéotron de Québec, devant une foule clairsemée, mais de mèche.

Après une introduction mi-figue mi-raisin de DJ Lord marquée par des problèmes de sonorisation et des changements incessants de chansons, le sextuor a fait son entrée en scène, les poings brandis dans les airs. Puis, le titre « Prophets of Rage » de Public Enemy a retenti lourdement pour donner le ton à la soirée. Il n’en fallait pas plus pour que le parterre se transforme en véritable champ de bataille alors qu’un énorme moshpit s’est formé pour ne plus disparaître (honnêtement, je n’aurais pas voulu y être, tant ça brassait).

Le groupe a enchaîné les succès des trois formations à la vitesse grand V et son nouveau titre « The Party’s Over », pour le plus grand bonheur des adeptes qui en ont eu pour leur argent. C’est toutefois les hits de Rage Against the Machine qui ont semblé le plus faire lever la foule, notamment « Take the Power Back », « Testify » et « Bullet in the Head ». À mi-parcours, B-Real et Chuck D se sont payé un bain de foule alors qu’ils ont offert un segment hip-hop fort efficace. Et pourquoi ne pas en profiter pour partager un joint avec les généreux spectateurs et faire un peu de bodysurfing?

On aurait bien sûr souhaité voir Zach de la Rocha, le chanteur de RATM, participer à l’expérience, mais il faut bien avouer que l’illusion était quasi parfaite ce soir, notamment grâce à la prestance du meneur B-Real qui a déployé une énergie indomptable pour nous convaincre. Même chose pour Chuck D qui a ajouté sa dose de hip-hop et sa voix grave à l’équation. Évidemment, difficile de détacher nos yeux de l’inimitable Tom Morello qui a franchement épaté à la guitare, allant même jusqu’à rappeler Hendrix en jouant avec sa bouche sur « No Sleep Till Brooklyn ». Même chose pour les riffs iconiques à la basse de Tim Commerford et la fougue du batteur Brad Wilk.

Le point d’orgue de cette soirée exaltante fut toutefois l’interprétation des deux plus grands succès de RATM, « Bulls on Parade » et « Killing in the Name » en finale. Le toit du Centre Vidéotron a pratiquement levé alors que la foule avait atteint le niveau d’hystérie souhaité. Et comme si on avait besoin de raisons supplémentaires pour aimer Prophets of Rage, une partie des profits de la soirée sera versée à un organisme de charité de la région.

En somme, un défoulement pertinent et positif en ce temps où, avouons-le, nous en avons définitivement besoin.
Consultez nos photos de la soirée ci-dessous.

Voici la liste des chansons interprétées ce soir :

  • Prophets of Rage (Chanson de Public Enemy)
  • Guerrilla Radio (chanson de Rage Against the Machine)
  • Bombtrack (chanson de Rage Against the Machine)
  • Cochise / She Watch Channel Zero?!
  • People of the Sun (chanson de Rage Against the Machine)
  • Miuzi Weighs a Ton (chanson de Public Enemy)
  • Take the Power Back (chanson de Rage Against the Machine)
  • How I could Just Kill A Man (chanson de Cypress Hill)
  • Testify (chanson de Rage Against the Machine)
  • Hand on the Pump / Can’t Truss It / Insane in the Brain / Bring the Noise / I Ain’t Goin’ Out Like That / Welcome to the Terrordome/Jump Around
  • Sleep Now in the Fire (chanson de Rage Against the Machine)
  • Calm Like a Bomb (chanson de Rage Against the Machine)
  • Bullet in the Head (chanson de Rage Against the Machine)
  • Shut ‘Em Down (chanson de Public Enemy)
  • Know Your Enemy (chanson de Rage Against the Machine)
  • The Party’s Over
  • No Sleep Till Brooklyn / Fight the Power
  • Bulls on Parade (chanson de Rage Against the Machine)
  • Killing in the Name (chanson de Rage Against the Machine)

Première partie – Wakrat et AWOLNATION

En première partie, Wakrat a joué devant un amphithéâtre pratiquement vide, ce qui n’a pas semblé les déstabiliser ni rabaisser leur dynamisme. Ceux-ci n’ont récolté que de minces applaudissements. Suivaient Aaron Bruno et son projet AWOLNATION. Une fougue importante a alors été déployée sur scène pour un résultat encore une fois mitigé. La foule n’en avait que pour l’acte principal. La très populaire « Sail », jouée en fin de parcours, a toutefois eu l’effet escompté.

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net