Duran Duran offre une soirée de nostalgie sur les plaines pour le FEQ 2016

,
feq2016_logo
Festival d'été de Québec 2016

Le groupe britannique new wave s’amenait ce vendredi soir dans la Vieille-Capitale, sans un de ses membres fondateurs, le claviériste Nick Rhodes.

C’est donc Amanda Warner, alias MNDR, qui a été appelée en renfort pour compléter la formation qui a livré une performance tout feu tout flamme en ce vendredi soir, devant un parterre bien garni. C’est en réalité un spectacle rock bien tassé et franchement dansant qui nous a été livré, avec énergie et dans la bonne humeur.

Lançant le bal avec un titre du plus récent album du quatuor intitulé « Paper Gods », le chanteur Simon Le Bon a tout de suite fait la démonstration qu’il n’avait pas perdu en voix avec les années, loin de là. Pendant plus d’une heure trente, il livrera une succession de hits puisés au répertoire des 30 dernières années de la formation. La complicité évidente avec le bassiste John Taylor, aussi à la voix, était évidente et belle à voir alors que les deux hommes ont chanté au même micro, front contre front, pour le tube « Wild Boys » notamment.

Impossible de se plaindre quant à la liste des chansons interprétées ce soir, puisqu’on a pu entendre les succès monstres de Le Bon et sa bande, comme  « Hungry Like the Wolf », le thème du James Bond de 1985 « A View to a Kill », « Come Undone », « Notorious », « Pressure Off » pendant laquelle une pluie de confettis a été lancée sur les spectateurs, « Ordinary World » et « The Reflex ». Le groupe a aussi tenu à rendre hommage au regretté David Bowie avec le doublé « Planet Earth/Space Oddity ». En guise de rappel, Duran Duran a marqué le coup avec deux autres incontournables, « Save a Prayer » et « Rio ».

Ce soir, Duran Duran a fait la preuve hors de tout doute qu’il est possible de servir les succès d’une longue carrière, tout en se renouvelant et en se réinventant sur scène. Des années 80 comme celles-là, on peut en prendre encore longtemps. En gros, une soirée parfaite!

Liste des chansons interprétées par Duran Duran ce soir :

  • Paper Gods
  • The Wild Boys
  • Hungry Like the Wolf
  • A View to a Kill
  • Come Undone
  • Last Night in the City
  • What Are the Chances?
  • Notorious
  • Pressure Off
  • Planet Earth/Space Oddity (reprise de David Bowie)
  • Ordinary World
  • I Don’t Want Your Love
  • White Lines (Don’t Don’t Do It) (reprise de Grandmaster Flash & Melle Mel)
  • The Reflex
  • Girls on Film

Rappel :

  • Save a Prayer
  • Rio

Premières parties – Neil Finn of Crowded House et Bryan Ferry

Pour lancer la soirée, Neil Finn en a fait une histoire de famille en étant accompagné sur scène par sa femme, ses fils et amis de Crowded House. Le chanteur a offert une excellente performance vocale qui a paru plaire aux spectateurs qui s’amoncelaient rapidement sur les Plaines en vue du concert de Duran Duran. Évidemment, c’est le succès monstre « Don’t Dream It’s Over » qui a récolté le plus d’acclamations de la foule.

Suivait Bryan Ferry, le routier de 70 ans qui a servi un spectacle resserré qui n’a malheureusement pas fait lever les spectateurs autant qu’espéré. Il faut dire que le chanteur britannique ne s’est pratiquement pas adressé à la foule entre ses chansons, pendant une performance d’une heure. Son succès « Slave for Love » a toujours l’amour du public.

feq2016_logo
Festival d'été de Québec 2016
Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net