Fred Pellerin caxtonise les plaines au FEQ 2016

,
feq2016_logo
Festival d'été de Québec 2016

C’est sous une constellation d’étoiles, dans une intro musicale hypnotique, que le conteur de Saint-Élie-de-Caxton a pris possession de la scène Bell jeudi soir.

« Que ça se destinait pas à ça ces chansons-là! », a lancé le conteur en s’adressant à la foule pour la première fois. « C’était fait pour être écouté en minuscule », a-t-il poursuivi dans son phrasé unique.

Chassant les ondes orageuses par ses hymnes allégoriques, l’artiste a transporté les festivaliers dans un univers empli de douceur et d’émotion. Accompagné par une dizaine de musiciens, dont son frère Nicolas, Fred Pellerin nous a donné des frissons, autant par ses mots que par sa musique, transcendant le lieu et l’espace.

Chassant les ondes orageuses par ses hymnes allégoriques, l’artiste a transporté les festivaliers dans un univers empli de douceur et d’émotion.

Alors que dans ses spectacles il s’adressait à son public en l’appelant par le nom de sa région, Pellerin a choisi jeudi soir de baptiser les gens de Québec, Abraham, une attention particulière qui a fait sourire les festivaliers. Il a raconté qu’il a fait le tour du Québec avec sa tournée de chansons – mentionnant chacune des villes qu’il a visitées – et que ce spectacle était le dernier de cette aventure. « On s’en vient déposer nos armes sur vos plaines d’Abraham. »

Pellerin a choisi des pièces tirées de ses trois albums de chansons. On a eu droit entre autres à « Au commencement du monde », « Plus tard qu’on pense », la mémorable « Tenir debout » et la fabuleuse « Le grand cerf-volant », qu’il a emprunté au grand Gilles Vigneault. Celui à qui le Festival d’été de Québec a remis une « carte blanche » a également chanté « L’hymne », qu’on peut entendre dans le film d’animation La guerre des tuques, ainsi que sa version de « Mille après mille » de Willie Lamothe.

Fred Pellerin a souligné la tragédie, survenue en France dans les heures précédentes, de belle façon : « Je suis pas bilingue, mais Nice, on m’a dit que c’est voulait dire « gentil ». Salutation. »

Après avoir interprété « De fils en pères », le conteur a introduit les habitants de Saint-Élie-de-Caxton, qui ont fait partie de sa grande chorale. De la boulangère au violoniste en passant par la famille du chanteur Bryan Audet (qui a fait partie de la plus récente mouture de Star Académie) jusqu’à la caissière de l’épicerie, les habitants de Saint-Élie se sont habillés chic pour accompagner le fier représentant de leur village. Le mélange des voix était superbe et l’effet grandiose. On aurait même espéré qu’ils entrent sur scène plus tôt dans la soirée.

Fred Pellerin a conquis Québec avec un spectacle à son image, magnétique et chaleureux. Très peu de festivaliers ont quitté le site avant la fin de la représentation, une chose qui arrive assez rarement au Festival d’été. On peut donc croire que les gens ont apprécié cette incursion d’une heure trente dans l’univers fascinant de Fred Pellerin. Une carte blanche réussie pour le conteur de Saint-Élie!

Voici les chansons interprétées jeudi soir par Fred Pellerin :

  1. Intro
  2. Au commencement du monde
  3. Il faut que tu saches
  4. Plus tard qu’on pense
  5. Retenir le printemps
  6. C’est combien?
  7. Là-bas
  8. Tenir debout
  9. Le grand cerf-volant
  10. Chanson cloche
  11. Le musée du jamais vu
  12. Bang bang
  13. De fils en pères
  14. Mommy
  15. L’alouette
  16. L’hymne
  17. La mère-chanson

Rappel :

  1. Silence
  2. Mille après mille
feq2016_logo
Festival d'été de Québec 2016
Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net