La grande messe musicale de Louis-Jean Cormier ravie

,
feq2016_logo
Festival d'été de Québec 2016

Transcendant la pluie, suspendant le temps, le chanteur sur son 36 est venu offrir un petit bijou de spectacle, absolument magique, aux courageux festivaliers.

« Québec, je te trouve courageux, courageuse. Vous êtes des guerriers du Festival, des commandos du Festival », s’est exclamé d’emblée l’artiste en entrant sur scène, sobrement et seul. Puis, après avoir invité les spectateurs à construire avec lui une soirée mémorable, il s’est posé au piano pour lancer le bal avec « Jouer des tours » issue du récent album Les grande artères, rapidement accompagné par l’unique Antoine Gratton. La plupart des titres de ce second album auront été effleurés pendant la soirée, comme plusieurs du premier opus solo Le treizième étage.

Quiconque connaît Louis-Jean Cormier l’artiste sait que celui-ci ne s’assoit jamais sur des acquis, qu’il se plaît plutôt à moduler, peaufiner et métamorphoser constamment son répertoire en spectacle (parole d’une inconditionnelle!). Cette soirée n’a pas fait exception, malgré une proposition similaire à celle des récentes Francofolies de Montréal; on peut comprendre vu l’ampleur de l’initiative. Le chanteur et musicien s’est réinventé une nouvelle fois pour le FEQ, entouré de 13 complices qui ont fait une arrivée progressive sur scène. Le tout a rapidement pris des allures de « grande messe », comme Cormier l’a lui-même souhaité, alors que les joueurs en présence étaient tout de blanc vêtus et bougeaient à l’image d’une chorale gospel. La présence de David Goudreault, poète et slameur, aidait certainement à établir cette ambiance riche espérée par Cormier et appréciée des mélomanes dans la foule.

Alors que le ciel continuait à faire rage, les festivaliers, loin de renoncer, ont pu entendre un alignement rock finement orchestré incluant les « Si tu reviens », « La fanfare », « Bull’s Eye », « St-Michel », « Faire Semblant » et « Tête première ». Cormier, tout en voix et franchement heureux d’y être, prenait régulièrement le pouls de la foule, toujours allègre. Fidèle à lui-même, le chanteur a proposé un moment acoustique avec une équipe réduite réunie autour d’un même micro, avec une interprétation d’un texte du poète Gaston Miron, la sublime « Au long de tes hanches ». Un véritable moment de grâce, aidé par le rideau de pluie qui faisait effet. Chantée autour du même micro, « Montagne russe » suivait et la magie se poursuivait, bien qu’on aurait aimé le chahut de l’autre scène et de son rappeur Ice Cube plus discret. « Le coeur en téflon », « La cassette » et la très connue « Tout le monde en même temps » complétait le spectacle.

En guise de rappel, Cormier a offert « J’haïs les happy-ends » et la très belle « Deux saisons trois-quarts » qui clôturait dans la beauté l’événement musical.

En dépit des caprices de Mère Nature, qui donne du fil à retordre aux organisateurs du Festival depuis le début de cette 49e édition, les festivaliers auront pu vivre une soirée inoubliable en compagnie de Louis-Jean Cormier et son équipage. Le voyage en valait très certainement la chandelle.

Voici les chansons interprétées par Louis-Jean Cormier :

  • Jouer des tours
  • L’ascenseur
  • Si tu reviens
  • La fanfare
  • Bull’s Eye
  • St-Michel
  • Faire semblant
  • Tête première
  • Le jour où elle m’a dit je pars
  • Vol plané
  • Au long de tes hanches (Gaston Miron)
  • Montagne russe
  • Le coeur en téflon
  • La cassette
  • Tout le monde en même temps

Rappel

  • J’haïs les happy-ends
  • Deux saisons trois-quarts

Premières partie – Philémon Cimon et Peter Bjorn and John

Pour lancer la soirée, Philémon Cimon a servi sa pop rock poétique à une poignée de festivaliers qui avaient osé braver le froid et la pluie soutenue. L’effort était honorable, mais n’a récolté que des applaudissements discrets. Le trio suédois Peter Bjorn and John a suivi avec un excellent deuxième acte et une pop rock dansante et énergique qui en a fait bouger plus d’un. Le groupe, qui en était à sa première visite à Québec, s’est dit ravi de voir un parterre parsemé d’imperméables multicolores et de jouer dans une ambiance aussi spéciale et festive. Il fallait les remercier pour cela. Le chanteur a même osé quelques bains de foule, ce qui ne pouvait que surprendre étant donné la température peu clémente. La table était franchement bien mise pour l’arrivée de Louis-Jean Cormier.

Voici la liste des pièces interprétées par Peter Bjorn and John :

  • A Long Goodbye
  • What You Talking About?
  • Do Si Do
  • Breakin’ Point
  • It Don’t Move Me
  • Eyes
  • Dig a Little Deaper
  • Dominos
  • Hard Sleep
  • Young Folks
  • Second Chance
  • Objects of My Affection
feq2016_logo
Festival d'été de Québec 2016
Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net