La montée de lait de Louis-José Houde à Déjà dimanche! suscite bien des réactions

,

L’humoriste s’est exprimé avec virulence à l’émission Déjà dimanche! concernant les journalistes qui ont parlé de l’achat de sa nouvelle maison, et beaucoup d’encre a coulé sur le sujet depuis.

« Étais-tu furieux de ça ou tu te dis que c’est le rançon de la gloire? » a demandé l’animatrice du talk-show dominicale concernant l’annonce publique de l’achat de sa maison dans Outremont et sa valeur.

« Non, j’étais furieux. Ce n’est pas la rançon de la gloire. C’est du niaisage. Quelle bonne idée de mettre la maison des gens sur internet, bravo! »

« Tsé au Québec on a un tabou avec l’argent. Je trouve ça correct qu’on ait ce tabou-là avec l’argent. Je trouve ça correct qu’on ne parle pas de notre salaire. Et là des tatas à qui tu dis pas ces choses-là; des épais vont décider que ma mère va savoir ça. Je trouve ça écoeurant! Ce n’est pas d’intérêt public. Ce n’est d’aucun intérêt! Ils savent qu’ils nous écoeurent en faisant ça. Ça n’intéresse personne! On a tout fait pour enlever toutes les photos qu’on pouvait. Y’a des sites tatas qui ont repris ça! Je trouve ça dégueulasse faire ça! »

Entendons-nous, plus personne ne parlait désormais de la maison de 2,8 millions $ de Louis-José Houde et cette montée de lait excessive n’a fait que ramener le sujet sur la table.

Le texte de notre site tata sur le sujet est – et de loin – l’article le plus populaire depuis les trois derniers jours.

Hugo Dumas de La presse a écrit un article mardi intitulé « Visites libres chez les stars ».

« Réglons une chose immédiatement. La somme précise payée par Louis-José Houde pour son cottage de 15 pièces à Outremont n’est aucunement d’intérêt public. L’humoriste barbu a parfaitement raison d’être en beau pétard que cette parcelle de son intimité ait fait le tour du web 153 fois », écrit-il d’abord.

« Par contre, là où l’humoriste se trompe, c’est à propos de l’intention derrière ces rubriques sur « l’argent des stars. »

« Les médias ne relaient pas ces infos – toutes accessibles au public, soit dit en passant – pour embêter les vedettes, mais bien pour générer des clics et doper le nombre de partages de leurs articles sur Facebook. Aussi simple que ça. »

« La vie des gens riches et célèbres a toujours suscité de la curiosité et de la fascination. (…) Entre vous et moi, c’était inévitable. »

« Pourtant, les Louis-José Houde, Gregory Charles et Marie Mai de notre showbiz n’ont pas volé leur argent. Ils ont travaillé fort pour le gagner et le méritent amplement. Pourquoi ne pourraient-ils pas en profiter ? L’immobilier, c’est un investissement intelligent, non ? »

« Aux États-Unis, il existe des listes annuelles des artistes les plus fortunés. Personne ne rouspète quand son nom y apparaît, au contraire. C’est un signe de réussite, de succès. »

Sophie Durocher du Journal de Montréal est entrée dans le débat mercredi avec un texte intitulé « La grosse cabane de Louis-José Houde ».

« (…) le 7 octobre 2015, Houde a envoyé un communiqué aux journalistes pour leur annoncer fièrement qu’à 37 ans il était le plus jeune humoriste à avoir vendu un million de billets », s’enquit-elle d’abord.

« Tu cours après les journalistes pour dire à quel point tu as du succès mais tu les fuis quand ils disent comment tu investis les fruits de ton succès, alors que c’est une information du domaine public? »

« Louis-José Houde n’a pas à être gêné de faire tant d’argent, il ne l’a pas volé. C’est un artiste extrêmement talentueux qui, en plus, travaille très fort. Le talent et le travail méritent un salaire en conséquence.
Houde devrait être fier de se payer une maison à la mesure de son succès. Et sa mère aussi. »

« J’ai une question pour les coanimateurs de Déjà dimanche. Si vous considérez que le prix payé par Houde pour sa maison «n’est pas d’intérêt public», pourquoi alors avoir fait tout un segment là-dessus?

Et une question pour Louis-José Houde.

Vous criez à l’intrusion dans votre vie privée (alors que Le Journal n’a pas publié de photo de votre maison) mais vous avez laissé les caméras d’Accès illimité entrer dans votre intimité? »

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net