Fred Pellerin enveloppe le grand théâtre de sa musique réconfortante

,

Le conteur et auteur-compositeur-interprète était de passage dans la Capitale-Nationale jeudi et a complètement envouté la foule de ses mots et ses images enchanteresses.

Fred Pellerin commence son spectacle par la pièce « Plus tard qu’on pense », qu’il a d’ailleurs choisie comme titre de sa tournée. À quelques reprises au cours de celle-ci, il s’arrête pour raconter comment la musique est importante dans son village natale de Saint-Élie-de-Caxton. Y passe alors toute une ribambelle de personnages colorés qui composent, jouent ou s’imprègnent de la musique au rythme de leur existence rurale.

Il interprète quelques titres, dont « Retenir le printemps » et la magnifique « Au commencement du monde », avant de s’adresser au public et d’avouer sa fébrilité. « On enregistre le show à soir, mais faites-vous en pas, on verra pas votre linge, c’est juste des micros », dit-il, charmant instantanément son public par sa verve singulière et son humour sympathique. Il explique ensuite que les chansons qui se retrouvent sur ces quatre albums avaient été composées pour être chuchoter et non pas pour faire partie d’un spectacle au sein d’une tournée. Mais après que quelqu’un l’ait saoulé puis fait signer un contrat, il s’est retrouvé, dit-il, dans l’obligation de faire le tour du Québec avec sa musique. Pellerin explique que, pour lui, une chanson est un contenant et que celui qui l’écoute dépose ce qu’il souhaite à l’intérieur.

Il enchaînera avec les pièces « J’espère ne pas tomber en amour avec toi », traduction française de la chanson « I Hope That I Don’t Fall in Love With You » de Tom Waits, « C’est combien ? » et « Le grand cerf-volant » issues de son plus récent album Plus tard qu’on pense ainsi que « Là-bas » et « Roland ».

Au retour de l’entracte, il interprète (magnifiquement, disons-le) la chanson « Mommy » de Marc Gélinas et Gilles Richer. Il raconte ensuite sa rencontre avec l’auteur-compositeur David Portelance, qui avait abandonné l’écriture de chanson en 2009 quand Pellerin l’a appelé pour utiliser deux de ses pièces sur son premier album musical, et qui, aujourd’hui, travaille dans l’industrie du disque grâce à cette résurrection encouragée par le conteur de Sainte-Elie. « Tenir debout » est la pièce la plus connue du compositeur qu’on a pu entendre notamment dans le film Piché : Entre ciel et terre.

Fred Pellerin présentera ensuite ses musiciens de manière très originale, au coeur d’une chanson. Profitons-en ici pour faire une mention spéciale à l’éclairagiste qui, avec ses lumières irradiantes, apporte une atmosphère bien particulière au spectacle.

Il interprètera ensuite entre autres « Gens du vieux rêve », la pièce traditionnelle « Belle rose », « L’hymne » tirée du film La guerre des tuques 3D ainsi que « Le musée du jamais vu ». Il dédiera l’avant-dernier titre à Jack, l’harmoniciste qu’on a pu voir dans la série télévisée Sainte-Elie-de-Légendes de Radio-Canada, récemment décédé. Il clôturera la soirée avec sa version – complètement irrésistible – de « Mille après mille ».

Fred Pellerin est un joyau national, et son spectacle de chansons est un incontournable pour les amateurs de mots et de mélodies.

Voici la liste des chansons de la tournée Plus tard qu’on pense :

  1. Plus tard qu’on pense
  2. Retenir le printemps
  3. C’est un monde
  4. Au commencement du monde
  5. J’espère de pas tomber en amour avec toi
  6. C’est combien?
  7. Là-bas
  8. Roland
  9. Le grand cerf-volant
  10. La Mère-Chanson

ENTRACTE

  1. Mommy
  2. Tenir debout
  3. De fils en pères
  4. Gens du vieux rêve
  5. Belle rose
  6. L’hymne
  7. Le musée du jamais vu
  8. Bang ! Bang !

RAPPEL

  1. Il faut que tu saches
  2. Silence
  3. Mille après mille
Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.