Muse au Centre Vidéotron : technologie et maestria

,

La réputation de Muse en spectacle les précède depuis plusieurs années. De la dynamite, c’est le moins qu’on puisse dire!

Cette première présence au Centre Vidéotron, ce lundi 18 janvier, dans le cadre d’une série de spectacles dans la province pour la tournée Drones, n’a certainement pas fait exception.

Avant même l’apparition des musiciens, des drones survolaient l’assistance, donnant ainsi le ton à la soirée placée sous le signe de la technologie. Puis, Matt Bellamy et sa bande sont entrés sur scène sur le coup de 21 h, devant un public conquis d’avance. Impossible de résister aux riffs de guitare de « Psycho », titre le plus connu de leur plus récent opus, qui ont fendu l’air d’entrée de jeu.

Le chanteur et son acolyte, le très charismatique Christopher Wolstenholme à la basse, navigueront sur la large scène pendant près de deux heures, alors que leur complice Dominic Howard se chargera de la batterie, trônant au centre d’une plateforme circulaire rotative.

Le trio était dans une forme épatante ce lundi et la voix de Bellamy à son meilleur. Du bonbon! De leur dernier album, Drones, paru en juin 2015, le groupe a interprété les « Dead Inside », « The Handler », « Reapers », « The Globalist » et « Mercy ». Bien sûr, les succès se devaient aussi d’être au rendez-vous, ce qui fut le cas, pour notre plus grand bonheur. Les « Plug In Baby », « Map of the Problematique », « Supermassive Black Hole », « Starlight » et « Uprising » se sont tous fait entendre, tous des titres qui ont soulevé les passions et fait battre la mesure en choeur. On leur pardonnera aisément quelques temps morts vécus entre certaines interprétations.

La mise en scène inspirée, une collaboration avec la firme montréalaise Moment Factory, ravissait les sens en faisant la belle part aux projections multimédias aux accents futuristes. Des visuels éclatés étaient projetés sur des rideaux translucides, des effets lumineux étaient constamment dirigés sur la foule pour un résultat immersif. Sur la chanson « The Handler », le guitariste et le bassiste se sont transformés en pantins manipulés par des mains gigantesques. Saisissant! Pendant « The Globalist », un drone géant sous forme de fusée a sillonné les airs devant les regards ébahis des spectateurs.

Avec une telle scénographie, difficile de ne pas être émerveillés et conquis. Quand on ajoute à cela un groupe dont la maestria n’est plus à débattre, le charme désinvolte de ses membres et une foule participative, on a nécessairement tous les ingrédients pour une soirée inoubliable.

Voici la liste des chansons interprétées durant la soirée :

  • Psycho
  • Dead Inside
  • Interlude
  • Hysteria (avec extrait de « Back In Black » d’AC/DC)
  • Plug In Baby
  • The 2nd Law: Isolated System
  • The Handler
  • Map of the Problematique
  • Supermassive Black Hole (avec intro de « Voodoo Child » de Jimi Hendrix)
  • Prelude
  • Starlight
  • Apocalypse Please
  • Munich Jam
  • Madness
  • Undisclosed Desires
  • Reapers
  • Time Is Running Out
  • Uprising
  • The Globalist
  • Mercy
  • Knights of Cydonia

En première partie
Le groupe X Ambassadors a livré une performance fort efficace qui a permis de réchauffer la foule. Le groupe d’Ithaca dans l’état de New York a interprété plusieurs titres de son premier album, VHS, dont la très populaire Renegades qui a soulevé le public, ravi. Le chanteur Sam Harris a fait montre de son large registre, qui en a pris plus d’un par surprise, alors que son frère, Casey Harris, se livrait corps et âme aux claviers. Un groupe que l’on doit continuer de surveiller.

MUSE sera de retour au Centre Vidéotron le samedi 23 janvier prochain. Le spectacle affiche complet.

Stéphanie Nolin Littéraire de formation, passionnée du septième art, téléphile, mélomane curieuse, blogueuse culinaire en dilettante, férue de mots et de culture. Après une incursion prolongée dans le monde des communications universitaires, elle peut maintenant dire qu'elle concilie travail et passion en écrivant pour Cinoche.com et Showbizz.net... et elle ne s'en plaint pas du tout.