Dix anecdotes sur la création de La guerre des tuques 3D

,

L’adaptation animée du film québécois culte prend l’affiche le jeudi 12 novembre.

  • Au tout début du projet, le réalisateur Jean-François Pouliot a engagé Marc Béland et Pascale Montpetit afin que, pendant trois ou quatre jours, ils développent ensemble l’attitude personnelle de tous les personnages, à savoir comment il marchent, comment ils lancent une balle, comment ils montent des escaliers ou descendent des pentes. Il a filmé les acteurs, puis a ensuite présenté la vidéo aux animateurs afin d’orienter leur travail.

beland_montpetit

  • Le tournage des voix anglophones et francophones a été fait en même temps. « On s’est rendu compte que le film n’est pas le même en anglais et en français. Les personnages ne sont pas tout à fait les mêmes, les pointes d’humour non plus, même la personnalité n’est pas tout à fait pareille. On a bien fait attention que les acteurs anglophones et francophones ne s’influencent pas », précise le réalisateur.
  • La production a hésité avant de décider de prendre des acteurs chevronnés pour interpréter les personnages de La guerre des tuques 3D, plutôt que des enfants. « On s’est rendu compte que la voix est tellement importante en animation, et doit traduire tellement de choses, qu’il aurait été difficile de demander ça à des enfants. Et surtout, si on avait choisi des enfants, il aurait fallu prendre des enfants pour tous les rôles parce que c’est très difficile de mêler enfants et adultes qui se donnent des voix d’enfants », précise le réalisateur.
  • Tous les acteurs choisis ont dû faire les voix de chacun des personnages afin de déterminer lequel serait le mieux adapté à chacun. Précisons que Hélène Bourgeois-Leclerc, Catherine Trudeau, Esther Poulin et Anne Casabonne interprètent des personnages masculins.
  • Le personnage de France prend une place plus importante dans le film d’animation que dans l’oeuvre originale. « On s’est dit que ce serait l’fun qu’il y ait plus de filles qui aient un rôle important. Alors on a décidé que France n’était plus la sœur de Jacques. C’est maintenant la poupée de chiffon qui a grandi trop vite, qui est toute déglinguée, qui a des broches, mais qui dans deux ans sera la pitoune du village, mais qui en ce moment est en amour avec l’amour », explique le cinéaste.

france_guerredestuques3d

  • Rock Demers ne voulait pas qu’il y ait un remake en prises de vue réelles de La Guerre des tuques.
  • Jean-François Pouliot a décidé de voir le film comme un film en prises de vue réelles. « Un univers tridimensionnel comme celui-là ressemble beaucoup au tournage en images réelles, il y a des objectifs, des caméras, des angles de lumière, une mise en scène et une direction d’acteurs. »
  • Les réalisateurs ont associé des objets à chacun des personnages afin de définir leurs personnalités à travers leur physique. Par exemple, Lucie était une toupie et Ti-Guy Lalune, un ballon d’hélium sur une tige.

tiguylalune

  • Le film a été vendu dans plus de 60 pays avant même sa sortie dans son pays d’origine.
  • Une foule d’objets promotionnels ont été développés pour le film. On vous invite à les découvrir ici.

 

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net