Nos premières impressions du film Demolition

,
tifflogo
Toronto International Film Festival 2015

Le plus récent long métrage de Jean-Marc Vallée était présenté en ouverture de la 40e édition du Festival du Film de Toronto.

Voyez les photos de la première du film au Festival du Film de Toronto ici.

Je dois d’abord avouer que l’histoire de Demolition me laissait assez perplexe; un homme qui vient de perdre sa femme dans un accident de voiture et qui tente de garder la tête hors de l’eau, m’apparaissait comme un sujet assez ordinaire et une thématique des plus classiques. Mais, comme il arrive régulièrement dans ce genre de situations, j’ai été soufflée en découvrant à quel point mes premières impressions étaient erronées.

Un montage convulsif, une direction d’acteurs extraordinaire, une trame sonore éloquente, un scénario intelligent et une distribution convaincante ne sont que quelques-unes des qualités de l’oeuvre de Vallée.

Sans temps mort ni tentatives stériles d’engendrer une émotion à tout prix, Demolition est probablement l’un des meilleurs films du corpus de Jean-Marc Vallée.

Demolition est empreint d’un humour lucide qui teinte un drame puissant. On ne s’attend pas nécessairement à ce que Demolition soit drôle quand on lit son synopsis, mais on rit davantage dans ce film que dans la plupart des comédies de Judd Apatow (et j’exagère à peine). Il s’agit d’un humour de situations, parfois noir, mais toujours juste, que nous n’avons pas l’habitude de voir au grand écran. La grande honnêteté du personnage principal et son détachement social permettent cette rupture qui donne à Demolition toute sa force comique.

Jake Gyllenhaal livre une performance brillante, toute en subtilité. Naomi Watts émeut également par sa grande sensibilité et sa dévotion pour son alter ego. Celle-ci est une femme mystérieuse qui s’intéresse à un homme, veuf depuis peu, qui écrit à la compagnie de distributrices pour laquelle elle travaille pour se plaindre d’un sac de M&M qui est resté coincé dans une machine distributrice et qu’il n’a pas pu, de ce fait, obtenir.

Sans temps mort ni tentatives stériles d’engendrer une émotion à tout prix, Demolition est probablement l’un des meilleurs films du corpus de Jean-Marc Vallée; et Dieu seul sait que le réalisateur de C.R.A.Z.Y. a déjà plusieurs chefs-d’oeuvre à son arc.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis neuf ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.