La St-Jean en août avec Kaïn à Expo Québec

,
expoquebec_logo
Expo Québec 2015

« C’est la St-Jean à l’année à Québec, non? » a lancé le chanteur du groupe, Steve Veilleux, en milieu de spectacle. Et c’est exactement l’impression qu’on avait en cette soirée chaude du mois d’août; on se croyait au beau milieu d’un spectacle de fête nationale dans lequel on saluait le lyrisme de la langue française et la convivialité d’un peuple fier.

Quand on pense Kaïn, on ne pense pas nécessairement show rock, et pourtant… Avant ce soir je ne pensais pas qu’il était possible d’ajouter un solo de guitare électrique à la chanson « Adam et Ève », l’une des balades les plus célèbres de la formation de Drummondville, et bien, j’avais tord.

D’une énergie débordante et d’une justesse vocale remarquable, Steve Veilleux et son groupe ont convaincu leur public d’entrer dans leur univers réconfortant et stimulant dès les premiers accords de « Mexico », première pièce interprétée mardi soir sur la scène Bell d’Expo Québec. La foule chantait déjà à tue-tête quand le groupe a entamé « J’sais pu comment t’aimer », tirée de leur plus récent album, et « Parle moi d’toi », suivi de « L’amour du jour » et « Ici bas ».

Le chanteur s’est entretenu régulièrement avec la foule, qui était la plus dense vu cette année à Expo Québec jusqu’à présent (est-ce dire que Kaïn est plus populaire qu’Hedley dans la veille capitale?). Chacune de ses interventions était pertinente et poétique. On se rappellera de cette mise en situation instaurée par Veilleux qui voulait que les spectateurs s’imaginent être dans les années 1960 en plein coeur d’une fête foraine (le décor prédisposant l’imaginaire dans ce cas-ci) « pendant une soirée où tout est possible, où on écrit son numéro de téléphone sur un paquet de cigarettes en pensant qu’il sonnera le lendemain ». Cette rêverie a permis d’introduire « Ailleurs ou ici », l’un des simples de l’album Le vrai monde.

À un moment, effrayé par l’éventualité d’une averse, le chanteur et guitariste a sommé les grands disparus de la chanson québécoise : « Dédé, Gerry, Félix et les autres » de souffler sur les nuages pour dégager le ciel. Une injonction qui a évidemment encouragé encore davantage l’empreinte de la St-Jean-Baptiste sur Expo Cité. La sollicitation fut profitable puisqu’aucune pluie n’est tombée et que le groupe a pu entonner « La tête en l’air », « L’homme-grenouille », « Johnny Cash », « Jusqu’au ciel » et « Adam et Ève ». La foule était particulièrement satisfaite d’ailleurs d’entendre cette dernière, un classique du répertoire de Kaïn, qui fête cette année ses quinze ans d’existence.

Le groupe a ensuite enchaîné avec « Toune de char », « Si on se t’nait » et « La maison est grande » avant d’interpréter sa pièce la plus connue : « Embarque ma belle ». La chorale était absolument magnifique à ce moment-là. Veilleux s’est arrêté de chanter à quelques reprises afin d’entendre les voix rouillées des habitants de Québec qui s’époumonaient à en faire frémir le nouveau Centre Vidéotron. « Vous êtes des allumeurs de frissons », a alors déclaré le chanteur.

Pour le rappel, Éric Maheu, ancien bassiste du groupe La chicane, a proposé une composition de la formation de Boom Desjardins, qui a donné son dernier spectacle à Expo Québec il y a douze ans. Steve Veilleux est ensuite remonté sur scène, portant fièrement une casquette des Nordiques, pour interpréter les pièces « Comme dans l’temps » et « La bonne franquette ».

Une soirée de fausse St-Jean-Baptiste très réussie pour Kaïn.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net