Rencontre avec Ces gars-là

,

La deuxième saison de Ces gars-là débutera à V lundi prochain à 21h.  

Nous avons rencontré les deux interprètes principaux, Sugar Sammy et Simon-Olivier Fecteau, pour qu’ils nous parlent de cette série humoristique qui égratigne les ondes de V depuis 2014.

Afin de faire un petit récapitulatif, pourriez-vous nous rappeler comment cette aventure a commencé?

Sam : La première fois qu’on s’est rencontrés c’était pour En audition avec Simon, que j’ai eu l’occasion de faire. Ensuite, on est devenus de grands amis et on traînait souvent ensemble. On avait toujours des idées créatives. Moi, je lui pitchais tout le temps des affaires et à moment donné je lui ai parlé d’une idée que j’avais qui était la première scène du premier épisode de la première saison.

Rappelons que cette scène en est une de cruise dans un bar, et elle comprend l’une des répliques les plus mémorables de la série qui est :

-Veux-tu venir chez nous pour que je te montre quelque chose?
– Ah oui, comme quoi?
– MA GRAINE!

… D’une subtilité et d’un raffinement incroyable.

Simon : J’adorais l’idée, mais au début je ne m’incluais pas nécessairement. Je l’encourageais à le faire mais je ne me voyais pas nécessairement le faire.

Sam : Et je lui ai finalement dit que si ça l’intéressait de le faire avec moi, c’était l’idée qui me plaisait le plus. Finalement on a commencé à brainstormer pour faire cette série-là, et on l’a pitchée et les gens étaient intéressés, et V aimait particulièrement la série, il était très proche d’elle, et une fois qu’on a fait le numéro aux Oliviers, ça a décollé pour nous. Notre numéro a été LE numéro de la soirée, nous étions partout dans les nouvelles. Les gens n’étaient pas certains de notre duo, mais après les Oliviers, ils ont réalisé que nous avions une vraie chimie et que ça marchait nous deux ensemble.

Revoyez ce moment mémorable dans la vidéo ci-dessous.

Sam : On voit pas ça souvent des duos de gars ici, au Québec. Ça fait des décennies qu’on voit ça à la télé et au cinéma. Starsky and Hutch, Two and a Half Men, Duke of HazzardWedding Crasher. Dans l’esprit de beaucoup de cultures occidentales, on le voit ce duo de gars, mais ici il n’y en avait pas vraiment.

Pourquoi l’histoire de la deuxième saison se déroule-t-elle un an plus tard? Est-ce pour qu’elle se passe à nouveau en été?

Simon : J’avoue que ça aide, mais c’est pas juste pour ça. Il y a vraiment un grave conflit qui se pense. Quand ton meilleur ami french ton intouchable ou la fille que tu envisages marier, ça prend du temps. Moi, j’aime aussi le fait qu’il y a un an qui s’est passé entre la première et la deuxième saison dans la vie et dans la fiction.

Sam : Moi je pense qu’on devrait faire un an entre chaque saison. Anyway, il passe toujours un an entre les tournages, alors pourquoi pas continuer dans cette avenue.

Quel âge ont vos personnages exactement?

Simon : Ils sont dans la mi-trentaine. Ils sont tellement niaiseux que les mettre plus vieux ça marchait pas. Mi-trentaine max.

Sam : On voulait refléter ce que les gars de la mi-trentaine disent quand les femmes ne sont pas autour. Les affaires qui sortent de leur bouche. Ce qu’ils pensent.

Instagram

India Desjardins était donc ce pendant féminin de la série?

Simon : India était plus présente à l’écriture lors de la première saison, et à la deuxième, elle a été conseillère, une super bonne conseillère d’ailleurs. C’est sûr que ma relation avec Amélie, c’est un peu ma relation avec India. Elle a un flair incroyable India et on est chanceux de l’avoir avec nous dans notre équipe. Elle met toujours le doigt sur ce qui ne marche pas, ou elle défend le personnage d’Amélie, elle lui donne des répliques. C’est important que dans la série il y a aussi des personnages féminins forts aussi, comme nos personnages, même s’ils sont épais par bout, ils restent forts. Dans la saison deux, il y a un nouveau personnage de femme assez fort aussi avec qui Sam va peut-être vivre quelque chose.

Vous permettez-vous beaucoup d’improvisation sur le plateau?

Sam : On n’a pas le temps avec les budgets québécois, on a vraiment trois takes pour chaque scène. En écrivant les dialogues, on les joue en même temps et quand on les joue, on voit tout de suite si quelque chose marche ou ne marche pas, et on les change si on a une meilleure idée. De coécrire avec la personne avec qui tu es covedette, c’est l’fun parce que tu peux tout de suite savoir si la scène fonctionne ou pas.

Pas de doute à y avoir, Sugar Sammy et Simon-Olivier Fecteau forment un duo inébranlable qui, on l’espère, brillera au petit écran encore longtemps.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net