Les sorties plateformes

,
theoscars
Oscars 2015

Beaucoup de films qui prennent l’affiche au mois de décembre font l’objet d’une sortie par pallier.

Très peu de nouveaux films ont pris l’affiche vendredi dernier. Au Québec, le western The Homesman de Tommy Lee Jones est sorti sur trois écrans; un à Montréal, un à Québec et un à Trois-Rivières. Aux États-Unis, le film était à l’affiche depuis le 14 novembre dernier, passant de 4 à 154 écrans en trois semaines. Cette situation n’en est pas une particulièrement rare, surtout à cette période de l’année.

Les sorties plateformes sont une coutume souvent primée fin-novembre et tout le mois de décembre, là où les votants de l’Académie sont invités à faire leurs choix pour les Oscars. Cette pratique favorise le bouche-à-oreille et est souvent accompagnée par une campagne publicitaire aux moyens modiques pouvant se prolonger si les performances du film sont au-delà des attentes initiales du distributeur.

Le film musical Whiplash, acclamé dans de nombreux festivals à travers le monde, a emprunté cette stratégie. Whiplash a d’abord pris l’affiche le 10 octobre dans 6 salles, augmentant progressivement ses effectifs, jusqu’à atteindre 419 cinémas à la mi-novembre. Quand le long métrage de Damien Chazelle est sorti au Québec le 28 novembre dernier, son nombre de salles totales en Amérique du Nord avait déjà commencé à diminuer. On peut s’imaginer que, s’il est choisi par l’Académie, il sera présenté dans plus de régions qu’originalement en janvier et en février.

Wild du Québécois Jean-Marc Vallée est paru aux États-Unis dans quelque 20 salles seulement vendredi dernier. Chez nous, le drame biographique inspiré de la vie de Cheryl Strayed (voir photo ci-dessous), qui risque aussi de se trouver parmi les choix de l’Académie, prendra l’affiche le 19 décembre prochain.

Capture d’écran 2014-12-07 à 21.27.24
©Cinoche.com

Un autre exemple de cette stratégie en plateaux est Birdman de Alejandro González Iñárritu, considéré par plusieurs critiques comme le meilleur film de l’année, et même des dix dernières années (certains sont d’un enthousiasme déconcertant envers ce film; qui est excellent, il faut bien l’avouer). D’abord sorti sur 4 écrans le 17 octobre dernier, l’engouement fut tel qu’on l’a présenté sur près de 900 écrans au mois de novembre. La quantité d’écrans a fini par diminuer pour laisser de la place aux blockbusters du temps des fêtes, mais comme Whiplash, le film devrait regagner de l’intérêt lorsque les nominations des Oscars auront été annoncées (en janvier).

The Imitation Game, candidat principal pour l’Oscar du meilleur film, subit le même sort. Le long métrage sur Alan Turing, le mathématicien qui a permis de déchiffrer les messages cryptés des nazis et ainsi de remporter la guerre, a pris l’affiche sur 4 écrans le 28 novembre, puis sur 8 le 5 décembre. Chez nous, The Imitation Game sortira d’abord à Montréal le 19 décembre, puis partout à travers le Québec dès le 16 janvier.

The Theory of Everything est également dans la même situation. Le film sur l’histoire d’amour entre Stephen Hawking et Jane Wilde n’a pris l’affiche que sur 826 écrans jusqu’à maintenant, augmentant progressivement et laissant le bouche-à-oreille faire une bonne partie du boulot.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Critique et journaliste depuis sept ans pour le site Cinoche.com, elle est maintenant mûre pour ce nouveau défi de rédactrice en chef qui l'attend avec Showbizz.net. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée Maude), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots avec ses lecteurs, tous médiums confondus.