Juste pour rire 2014 : Les vedettes selon Charles Lafortune

,

Des numéros inédits, beaucoup d’autodérision et une insolence mesurée.

Je l’avoue, j’étais une grande fan des gala Juste pour rire, mais le manque de numéros inédits et d’audace a dilué mon intérêt au cours des cinq dernières années. Je continue tout de même de louer certains d’entre eux, sur illico, ceux qui attirent davantage ma curiosité, mais je ne les achète plus tous systématiquement comme jadis. Comme Éric Salvail a changé de camps (passant de TVA à V), n’étant plus une figure de proue du groupe Québécor, Juste pour rire s’est tourné vers sa seconde plus grande star : Charles Lafortune. C’est une nouvelle tendance depuis quelques années de donner la barre d’un des galas à un non-humoriste. Dans ce cas-ci, comme le spectacle avait comme thématique les vedettes, le choix de Lafortune était justifié. Mais, même si on dit de lui qu’il est très drôle dans la vie, l’animateur et comédien ne paraissait pas très à l’aise sur scène. Il faut dire que c’est un rôle exigeant que celui d’animateur d’un show d’envergure comme celui-ci.

Malgré son talent indéniable, Charles Lafortune n’a pas l’expérience d’un humoriste et paraît inconfortable dans la position du stand-up et du clown de service.

Son numéro d’ouverture avec quelques-unes des vedettes de La voix (émission qu’il anime) était sympathique sans être grandiose comme d’autres l’ont été avant lui. Malgré son talent indéniable, Charles Lafortune n’a pas l’expérience d’un humoriste et paraît inconfortable dans la position du stand-up et du clown de service. Les textes n’étaient pas particulièrement brillants non plus, remâchant les mêmes clichés que l’on connaît du personnage (sa relation avec l’actrice Sophie Prégent et son travail d’animateur d’émission comme L’école des fans et La classe de 5e). Par contre, même si tout n’était pas aussi juste qu’attendu, il peut se vanter d’avoir livré un texte original, contrairement à bien des humoristes qui se présentent sur scène avec un numéro qu’ils ont fait 100 fois et que même le public dans la salle connaît par coeur.

C’est d’ailleurs ce que nous avons reproché le plus à Juste pour rire au cours des dernières années; le manque de numéros inédits. Et ce gala, animé par Lafortune, nous en a offert plusieurs. Et c’est pour cette raison qu’il sera probablement qualifié du meilleur gala de l’année 2014. Même si certains sont arrivés sur scène avec des numéros connus du public, ils ont au moins eu la décence d’adapter légèrement leurs textes à la thématique du spectacle, ce que certains, dans d’autres galas, n’ont pas eu la bienveillance de faire. Les Denis Drolet, Réal Béland, Guillaume Wagner, Martin Vachon, Stéphane Bellavance et l’imitatrice Véronique Dicaire se sont succédé sur scène, délivrant des performances justes, cinglantes et intelligentes. Il n’y a que l’humoriste belge Nawell Madani qui n’a pas su adapter suffisamment ses textes au Québec pour que le numéro obtienne l’impact désiré.

Dans l’ensemble, un bon gala sans prétention qui nous a redonné espoir en l’originalité et l’audace de Juste pour rire. Reste à voir si ce n’était qu’un coup de chance de l’animateur de La voix ou si l’entreprise sera jouée sur cette réussite.

Elizabeth Lepage-Boily Cinéphile et télévore depuis qu'elle a appris à faire fonctionner la télécommande, Elizabeth, critique et journaliste depuis dix ans pour le site Cinoche.com, est persuadée qu'elle exerce le plus beau métier du monde. Auteure d'une série de romans jeunesse à succès (intitulée « Maude »), Elizabeth a bien l'intention de se dépasser et de partager ses passions et son amour des mots et des arts avec ses lecteurs, tous médiums confondus.

Aimez-nous sur Facebook

Showbizz.net